Un Dimanche en Lorraine

Balades à Nancy et en Lorraine, photos subjectives et humeurs arbitraires

Tomblaine, vieille fin de journée sur la Méchelle

Tomblaine sunfalls 2

Add a comment

A cheval entre Alsace et Lorraine, sombre matin sur les Crêtes du massif vosgien

C’est bien d’être tôt en haut. D’abord parce que ça t’évite de croiser trop d’humains fâcheux, même si là y’en avait plein qui couraient en vêtements fluos fatigants qui rendent la faune épileptique. Mais bon, passé le Hohneck, je me suis retrouvé seul. J’avais pris mon vieil objectif Helios 44-2, contemporain des débuts du disco mais qui n’a pas dû en entendre tant que ça puisqu’il est soviétique (l’objectif, pas le disco). Du coup, c’était une contrainte fort intéressante, parce qu’il est aussi souple qu’un plot en béton. Et ça donne des choses qui me plaisent bien, rendant cette ambiance solitaire et très sombre qui présida aux premières heures de cette belle journée. Notons que tout n’est pas fait avec cet objectif. Notons aussi que oui, je suis côté alsacien sur ces photos. Mais d’abord, on va chipoter à 500 mètres près, et puis on y va tellement, nous, les Lorrains, et ils passent tellement à Gérardmer, eux, les Alsaciens, que du coup, le massif est un peu indifféremment lorrain et alsacien. Enfin, les coins moches sont plutôt alsaciens (j’écris cette dernière phrase au cas où la police politique régionaliste me lise).


_DSC0831

_DSC0833

_DSC0834

_DSC0837

_DSC0838

_DSC0840

 

Add a comment

Tomblaine, rue de la Meurthe

Tomblaine, rue de la Meurthe

Add a comment

Le siège social de la SNVB à Laxou

C’est beau? C’est moche? Alors là, je ne vois pas qui peut répondre objectivement à ça. Moi, je dirais que ça dépend des jours et l’humeur. C’est en tous cas un bâtiment remarquable que ce siège de la SNVB (qui appartient aujourd’hui à un groupe qui me fout quelques boutons) conçu par Jean-Luc André sur la commune de Laxou, perché au Champ-le-Boeuf sur les hauteurs de la cuvette nancéienne. Si tu quittes Nancy pour aller vers Paris par la voie classique, tu ne peux pas le rater. 

DSC01119

DSC01118

1 comment

Nancy, au bord du canal

DSC_3357

DSC_3354

DSC_3352

DSC_3351

Add a comment

Les Grandpierre, Buthegnémont, Pont-à-Mousson et mes grands-parents

Sur les hauteurs de Nancy, du côté du quartier aisé de Buthegnémont, se trouvait la villa Grandpierre. Du moins ma grand-mère l’appelle-t-elle comme ça. C’est que André Grandpierre était depuis 1946 président de la Compagnie de Pont-à-Mousson et des fonderies du même nom, aujourd’hui toujours en activité quoiqu’en bonne difficulté. Ma grand-mère en parle, parce qu’elle vivait aussi à Buthegnémont -du côté des maisons plus modestes mais quand même gentiment cossues-, et que le couple Grandpierre, elle le connaissait. L’idée, c’était que mon grand-père était photographe pour les «Pontam’» comme on dit depuis 1945. Il a même été le principal photographe de l’entreprise jusqu’en 1981, et bien vu avec ça. Il réalisait souvent des travaux photo à titre privé pour le compte des cadres de l’entreprise. Du coup, les Grandpierre, sans vraiment les fréquenter, elle avait en tous cas l’occasion de les voir.

C’est pour ça qu’il y a quelques années, quand j’ai voulu aller voir cette fameuse villa que ma grand-mère évoque non sans admiration, j’ai été un peu triste de la trouver toute fichue parterre. Restait un bout de mur de fondation avec ses visages nostalgiques, et la vue sur Nancy qu’on avait depuis le bout du jardin…

DSC01114

DSC01113

DSC01112

Add a comment

Il est timide mais il se soigne…

A l’époque de ces photos, en 2014, il n’était qu’en construction, ce bâtiment de Nancy du côté du canal. Il fait très bien à côté du canal, tiens. Ailleurs il n’aurait pas de sens. Il était temps que quitte à se lancer dans quelque chose, on se lance dans quelque chose de remarquable, pour sortir de la litanie des immeubles interchangeables et pas folichons qui pullulent comme la mauvaise herbe dans ce quartier. Des immeubles fades et sans relief, qui ceci dit vont très bien avec une ville qui, par la politique des bons maîtres, s’endort tranquillement dans une routine respectable au son des pantoufles bourgeoises; qui casse l’existant qui est chouette et qui fonctionne tout en ne créant rien de nouveau que l’ennui. Cet immeuble, j’aime bien sa façon d’être moderne et désuet à la fois, un peu crâneur, mais pas trop sûr de lui dans le fond. Il crache à la tronche du passant, mais il a des remords. Un grand timide, le maladroit de service. Bref, un immeuble qui ne soit pas insipide à Nancy, qui ne ressemble pas à 100 000 autres cubes idiots vus dans 100 000 autres villes, ça faisait longtemps que ça n’arrivait plus, alors que la ville a compté par le passé maintes réalisations originales, pour le meilleur et pour le pire. Le principal, c’est d’essayer.

_DSC2633

_DSC2628

_DSC2625

_DSC2599

_DSC2597

_DSC2595

Add a comment

Le site Alsthom

Alsthom avec un «H». Il paraît, on m’a dit, corrige-moi si je me trompe, que la fameuse consonne a sauté pour des raisons de marketing. Du coup, si tu me lis souvent, tu sais ce que je pense du marketing en général. Dans le cadre d’une généralisation abusive assez crétine, certes, mais que j’assume en sifflotant, si tu veux. Bon, bref, pour moi c’est Alsthom. Alors, on disait quoi? Ah oui. L’ancien site Alsthom. C’est une des ces usines encore présentes dans la ville, même si on n’y produit plus de bobines. Ma mère y a passé un an, grosso modo, elle en est sortie les mains en charpie et le cerveau usé. Je me dis: «Alors d’accord. Y’a des gens qui ont fait ça toute leur vie…». Je pense toujours à cet extrait de Attention Danger Travail. Sur les mains. Je ne comprendrai jamais, je sais juste que ça m’a percé de part en part et que je pense toujours à ma mère quand je le regarde.

De nos jours, ici, on fait de l’art à la petite semaine, parfois en grand, des expos et des choses. Le site a été reconverti. C’est bien; en fait, je fais le blasé, mais j’y participe, en plus. Tu vois. Je regrette juste que quand il se passe des choses souvent intéressantes sur le site Alsthom, on ne lève pas plus la tête vers le plafond, vers les poutrelles métalliques, et on n’a plus cette pensée émue, coupable, mais un peu fière, un hommage gêné, bravache et péteux, quelque chose de bizarre entre la vieille classe ouvrière et nous, qui vivons bien, en tant que salariés, de ce qu’elle a gagné pour nous, et que nous ne défendons plus. C’est… c’est pour dire qu’on ne lève pas assez la tête vers les poutrelles et leurs fantômes. C’est tout.

_DSC0453

Add a comment

Inventaire exhaustif des chats lorrains / «Les bons copains du canal à Laneuveville» #37 et #38

DSC04477

DSC04468

DSC04474

 

Add a comment

East Side Story #1 / Rex

«Un Lorrain ? C’est quoi ça un Lorrain? Ça veut rien dire un Lorrain. Un Alsacien, à la rigueur…»

Rex a préféré qu’on utilise son surnom, et qu’en guise de portrait, je photographie un objet qu’il aime bien. C’est un ami, je suis chez lui, quelque part à Nancy, près du viaduc Kennedy. C’est assez improvisé. C’est une première. Un peu de saucisson même si je n’ai pas faim, de la salade, de la sauce aïoli. Autour de nous, des tas de jeux de société, de plateau, de rôle. Des figurines peintes par ses soins, parfois même sculptées, des dioramas époustouflants. Des bouquins qui parlent d’histoire et d’architecture, et des frisbees. Je le remercie d’essuyer les plâtres. Et je vous remercie de considérer que c’est mon premier montage. A la hache. N’hésitez pas à monter le son, je maîtrise encore mal l’outil.

DSC_3323

 

Add a comment