Un Dimanche en Lorraine

Balades à Nancy et en Lorraine, photos subjectives et humeurs arbitraires

Nancy centre: guerre de tranchées et no man’s land

_DSC5918

_DSC5922

_DSC5923

_DSC5925

_DSC5930

_DSC5931

_DSC5933

_DSC5936

_DSC5939

_DSC5943

_DSC5917

Add a comment

Des arbres au plateau d’Amance

_DSC5979

_DSC5981

_DSC5982

_DSC5984

_DSC5986

_DSC5987

_DSC5988

Add a comment

Perplexité à la foire attractive de Nancy

Je pense que toute ma vie, je resterai perplexe, non pas face au concept de virilité (vachement quoique), mais bien devant ce qu’on y fourre, si je puis dire, un peu n’importe comment.

_DSC5967

4 comments

L’étang de Brin-sur-Seille, dedans et au bord

Il te faut comprendre que l’étang de Brin, c’est un étang forestier, au milieu d’icelle, et que toujours, à toute saison, à toute heure, par tout temps, c’est toujours beau, précieux. Même fréquenté, même connu, tu éprouves toujours le sentiment d’être privilégié, d’être destinataire d’un beau cadeau quand il s’ouvre devant toi, au milieu de cette forêt meurtrie par les combats de 1914 en particulier. Une forêt aux grandes routes forestières bien tracées, lumineuses, avec les beaux bâtiments de l’INRA, et l’arboretum,  mais aussi aux recoins sombres, une grande forêt humide, trempée, même, aux fondrières puantes dans lesquelles le regard attend la harde inévitable, une forêt où on a envie de voir le loup, une forêt dont j’aurais aimé lire une description par Genevoix; bucolique, sauvage, belle et sourdement hostile. Et son étang, au milieu, comme un œil chassieux. Quelle belle et mystérieuse forêt, dis-donc.

_DSC6014

_DSC6015

_DSC6016

_DSC6019

_DSC6021

_DSC6025

_DSC6033

_DSC6036

_DSC6042

_DSC6076

_DSC6005

2 comments

En passant, sur le plateau d’Amance…

_DSC5998

4 comments

Manger du Nancy, hyper centre

Là encore, quelle drôle de relation avec ce quartier, dont j’ai connu certains côtés affreux, mais aussi cette sorte de jouissance à glisser dans le ventre-ville, ses recoins, ses mystères, ses lieux inaccessibles et où pourtant l’on va, pas très loin finalement d’un bon niveau de jeu vidéo, sa face nocturne qui a été mon lieu de travail quelques mois, et avant, dans les années 90, le parcourir entre éthylisme, vandalisme sans envergure, méfiance et inquiétude quand j’étais adolescent, ses lumières trop vives, ses lumières glauques ailleurs, ses arrières-cours lépreuses où l’on arrive sans faire exprès, parfois, ses travailleurs invisibles, qui nettoient les magasins et les bureaux dans la vieille nuit, quelques heures avant que nous n’arrivions, ses patrouilles du SAMU social, du SAMU tout court, ses rondes de flics, ses prostituées, ses éboueurs, ses nettoyeurs de trottoirs du samedi à l’aube… ses parkings souterrains et leurs habitants permanents, qui pour certains travaillent clandestinement sur un chantier voisin destiné à faire rayonner la ville, et puis ses façades sous un grand soleil, son animation, son vacarme, sa générosité vulgaire et sans limite, son obésité contagieuse. Le ventre-ville, l’affreux, sale et méchant, le ventre-ville, le grouillant, l’anonyme, dans lequel j’aime errer quand il est calme, le dimanche, la nuit: il est tellement truffé d’absurde et d’improbable que somme toute, c’est dur aussi de s’en passer, aussi inhumain soit-il. Peut-être justement parce que c’est plein d’humains inaudibles accrochés à des milliers de petites îles désertes au milieu d’un océan de constructions sauvages, et que ça résonne, quoiqu’en dise le centre-ville.

_DSC5910

_DSC5915

_DSC5950

_DSC5951

_DSC5953

_DSC5955

_DSC5957

5 comments

Abstraction à l’étang de Brin-sur-Seille

Parce qu’un étang, c’est beaucoup plus abstrait que ce qu’on croit. Sans rire.

_DSC6065

_DSC6066

_DSC6069

_DSC6071

_DSC6072

_DSC6073

 

2 comments

Inventaire exhaustif des chats lorrains/ «Celui qui monte la garde dans un jardin d’Amance» #12

_DSC5980

2 comments

Nancy sous les grues

Je vous propose de bien bien savourer la première photo. Parce que, pendant les travaux, vos magasins restent ouverts gna gna gna. Alors.

1°) Ce ne sont pas mes magasins. Ce sont ceux de leurs propriétaires. Si je viens prendre 200 dollars dans la caisse parce que c’est aussi un peu mon magasin, pas sûr que la proprio soit jouasse. Les communicants, là, comme on dit, faudrait voir à pas m’prendre pour une bille.

2°) Pour se changer les idées, c’est bien ce qui est marqué, il faut aller acheter des choses. Si, si, c’est quasiment marqué. C’est pas «venez chercher un truc dont vous avez besoin», c’est carrément se changer les idées. Aller boire un café ou une mousse chez un pote, aller dire bonjour à ta grand-mère, lire un livre, regarder un film, jeter des caillasses sur une permanence d’un grand parti politique au choix (y compris et en particulier le «néo-respectable»), faire de même avec une banque ou une agence de pub, te promener le nez en l’air, dormir sous un arbre au parc, écouter un bon disque, regarder par la fenêtre les gens passer ou causer avec tes voisins, c’est nul. Ça change pas les idées. C’est pas très productif, ni très rentable. Non non non. Ce qu’il faut c’est consommer. Çaaaaaaa c’est bien. Allez, les petit soldats. On va consommer. Zou. A Nancy pas mieux qu’ailleurs, garde les oreilles ouvertes, le cerveau disponible, et file soutenir la croissance. Durable, bien entendu. Infinie, même. Si possible.

3°) C’est quoi ce délire de planquer les grands travaux derrière des grandes palissades? Mais ils font des sacrifices rituels de bébés le soir pour rendre hommage aux actionnaires ou quoi? Cachez-vous pas les gars, hein! C’est quoi? C’est les ouvriers? En plein centre-ville, surtout si y’en a des pas très français et pas très avec des papiers que tu peux surexploiter tranquillou, ça va souiller la vue du bourgeois frileux qu’est le Nancéien traditionnel? C’est quoi? C’est pas ça? Ah j’ai eu peur. C’est pour nous faire une surprise? Ooooooooh c’est gentil ça! Comme c’est gentil! MAIS TE FOUS PAS TROP D’MA GUEULE, MA GUEULE!

Voilà voilà. Faut pas m’faire chier un samedi matin à sept heures, hein.

_DSC5960

Ouais, non, sans rire, ils ont craqué.

_DSC5954 _DSC5959 _DSC5961

2 comments

Nancy, le caillon attractif annuel

_DSC5963 _DSC5964 _DSC5965 _DSC5966

4 comments