Soirée inquiétante dans le Grand Couronné

Tu es chez toi, tu bouquines dans un fauteuil récupéré chez un ami, qui lui-même l’avait récupéré dieu sait où; il est vieux, moche, pas mal défoncé. Autant dire confortable. Il t’aspire. Et puis, toujours avec un peu de retard sur les événements, ton cerveau fait surgir deux évidences à ta conscience, interrompant ta lecture: il fait anormalement sombre, et le vent a fraichit. D’ailleurs, il y a deux minutes, il n’y avait pas de vent n’est-ce pas? C’est le moment de jeter un œil dehors et de voir que pendant que tu suivais les aventures de Pete Fromm dans son parc naturel, saine lecture, les choses se sont considérablement dégradées par chez toi…