Les ondulations

En été, l’été climatique, pas celui du calendrier, très vite, les champs qui avaient dans l’intersaison des éclats presque fluorescents dans le soleil à travers les jeunes pousses, redeviennent opaques, et bruissent, bruissent, jusque sous les frondaisons de la forêt. Dans ces moments, il ne suffit pas de se dire que les ondulations des céréales sont comme la mer, formellement. Non. Il faut aussi se dire qu’elles ont l’air d’être une grande créature souple et indistincte, comme elle, avec sa volonté propre. Une volonté sans une once de malveillance, mais dont la cruauté remonte loin avant ces notions de bien et de mal. Et la craindre. Voilà voilà. Dis-donc. Faut que j’arrête avec «Les Enfants du Maïs», moi. Revenons à cette promenade entre Fleurfontaine et la forêt d’Amance, tiens.

DSC_1294 DSC_1290 DSC_1288 DSC_1234 DSC_1230

 

2 Replies to “Les ondulations”

  1. SUPERBES photos !!!

    1. Ça c’est gentil. Superbe endroit, au demeurant. Ceci explique cela, au moins en partie.

Laisser un commentaire