L’arrière-saison du fond sous le plateau d’Amance

C’est Décembre. Mon mois camarade (les psychologues pourront m’envoyer leurs commentaires en privé). C’est mon mois à moi, celui que j’aime bien, qui me protège. Y’en a ils ont leur pierre, leur couleur, leur étoile, moi j’ai mon mois. Oh bah les fêtes ça me botte pas trop, hein, c’est pas mon truc, c’est bien trop compliqué. Non, j’aime décembre indépendamment des fêtes de fin d’année, du moins à titre personnel. Parce que dans le symbole, elles jouent un rôle. Parce Décembre que je l’imagine doux, feutré, vivifiant, il est comme une année, comme une vie, il commence dans l’impatience, celle du froid, de la neige, il pique un peu quand on sort dehors tôt le matin, et il vieillit, la Saint-Nicolas passe avec l’enfance, il va vers Noël, bien plus tristement adulte et individualiste qu’on le dit, lentement, lentement, et cette petite rémission des jours après la fête, et puis c’est une petite mort que ces ultimes jours de l’année, et puis ça renaît en janvier, dans l’adversité, le froid sale et dur, mais petit à petit, petit à petit… mais ce n’est plus Décembre; ensuite, c’est une autre histoire, qui recommence.

En même temps je vois pas pourquoi je vous emmerde avec ça, parce mes photos datent de novembre, il y a une bonne dizaine de jours.

Alors hein, tais-toi, moi(s).

DSC_2127 DSC_2123 DSC_2120 DSC_2119 DSC_2118 DSC_2117

5 Replies to “L’arrière-saison du fond sous le plateau d’Amance”

  1. Etonnante, surréaliste la troisième photo !
    Mais les autres sont belles aussi.

    1. Oui, c’était une très belle fin de journée. La forêt est décidément mystérieusement magnifique à cette période.

  2. De la magie pure ! Merci !

  3. Et sinon, le texte, il est … il révèle si bien des (belles) bribes de l’individu que vous devez être … 🙂

  4. Merci à vous! Merci beaucoup.

Laisser un commentaire