Salut à toi, Jericho

C’te chose étrange: je me suis rendu sur place pour filmer les deux immeubles et leur démolition. Avec une pointe d’excitation parce que je n’avais jamais vu ça. Et puis un petit fond d’hommage à ces membres à part entière de mon paysage, presque pour le principe.
Quand ça a dégringolé, comme ça, que ces deux grand gaillards ont disparu en deux secondes sous la forme d’un gros nuage de poussière, d’un coup, ça m’a chopé aux boyaux, la gorge serrée, les yeux humides. Non, je n’ai jamais vécu dans ces immeubles. Ni même dans ce quartier? Alors? Alors je dois être très sensible à ça et puis c’est tout. Oui, au-delà de toute autre considération, c’est un bout de mon paysage, de ce qui me fait, qui s’est évaporé. Je ne sais pas. Une pensée peut-être pour toutes ces vies, toutes ces intimités, là, qui partaient. Ceci n’est même pas critique. Je ne râle pas. Non. Simplement cette tristesse et cette émotion que je n’avais pas anticipées, et qui se sont imposées sans me demander mon avis, brutalement. Etrange. 

Sinon, je me suis planté dans l’intitulé de la vidéo: c’est sur la commune de Saint-Max, et pas de Malzéville…

7 Replies to “Salut à toi, Jericho”

  1. J'avoue que je vois même pas ou ils étaient.

  2. Tu vois quand tu prends la VEBE? Euh tu vois la VEBE? Le viaduc qui part de la Pépinière et qui traverse la Meurthe vers Malzéville? Bah c'étaient les immeubles juste à droite avant de prendre la bretelle de sortie.

  3. Ouais je suis allé faire un tour sur google street view et j'ai vu. Je passais devant souvent pour aller chez mon oncle et ma tante à Bouxières aux Chène.

  4. D'ailleurs sur street view ils existent encore. Fatalement.

  5. Je les ai vus construire et je les vois détruire … comme le temps passe !

  6. Que veux-tu, quand on s'appelle Jéricho….
    🙁

  7. C'est pas faux.

Laisser un commentaire