Nancy, autour de la tour Thiers

Ce coin de Nancy est appelé à changer bientôt. Un second bâtiment doit venir épauler la tour Thiers, face à l’Excelsior, Flo ou va savoir, au gré des propriétaires égocentriques qui rachètent le lieu. Un nouveau bâtiment? Moi je fronce les sourcils. Après je te l’accorde, je fronce toujours les sourcils face à un projet qui vient d’en haut. Ils m’annonceraient le Nancy de mes rêves, si ça vient d’eux, je me méfierais encore. Un nouveau bâtiment? J’ai peur qu’il ne gâche la jolie solitude magistrale de la tour actuelle, qu’il ne casse les perspectives, et n’étouffe la rue juste en face du Flo. On verra. On a le choix? Non. Enfin, si, on a toujours le choix, mais je suis pas franchement motivé à faire de la tôle pour vol de bulldozer, destruction de chantier et incendie de l’ensemble. Et puis c’est un peu moins classe que d’avoir envoyé la loi se faire foutre pour aider et abriter des réfugiés. Ça vaut moins la peine on va dire.

 

 

3 Commentaires

  1. Nathalie Lanoux Manciot dit : Répondre

    Y a « Tour Thiers » dans le titre, je sens mon coeur s’emballer, moi amoureuse de cette Dame si souvent insultée. Le texte me ravit, oh oui il a écrit « la jolie solitude magistrale de la tour » c’est tellement ça qui me charme et autre chose aussi… Mais soudain je me sens défaillir en admirant les photographies, c’est sûr la je vais tomber dans le panier de pommes, voilà l’autre chose qui me charme tant : le choc des architectures, les courbes sensuelles de l’Excelsior VS les droites rigides de la Tour, les pierres chaudes du Flo VS les plaques froides de la Tour. Orgasme de bonheur en voyant les photos 3 et 4, et pleinitude de joie en voyant toutes les autres… Oh que c’est bon …

    1. Dadu Jones dit : Répondre

      Eh bah si ça c’est pas de l’enthousiasme, je ne m’y connais pas. Ça fait plaisir!

  2. J’ai regardé en priorité les images, ben oui, difficile de chasser le naturel de l’obsédé scopique que je suis. Je les ai beaucoup aimées. Pureté des lignes, choix du noir et blanc… tu es un œil. Tes images, je les regarde encore et encore, plaisir physique de la fascination et intellectuel de la balade qui devient ballade.
    Ensuite, j’ai lu le texte.
    Je suis à 2000% d’accord avec tes propos et j’en redemande. Stéphane Hessel nous écrivait en 2010 « Indignez-vous » ; ô combien il avait raison. L’indignation est un moteur, un outil pour rester soi, garder la raison tout en prenant la distance et le temps de la réflexion.
    Merci pour cet ensemble, je file voir les autres posts.

Laisser un commentaire