Lunéville, le château et les jardins

J’ai toujours un peu honte de dire que depuis gamin, je suis un peu déçu par le château de Lunéville. C’est quand même le château au gros Stan, le «Château des Lumières» par arrêté marketing, un site sur lequel on mise beaucoup d’argent dans le coin car c’est un des joyaux du patrimoine lorrain, un «petit Versailles». Bon alors, qu’est-ce qui m’arrive? En quoi suis-je anormal?

Quand tu arrives par la ville, le coin du château est très chouette. Et la vue sur le château ne l’est pas moins. Cette grande cour pavée, flanquée de deux ailes bien développées, à la fois magistrales et rustiques, c’est une sacrée promesse. Mon imaginaire se laisse toujours un peu piéger. Il se dit toujours que depuis tout ce temps c’est peut-être une erreur, un biais de ma fantaisie, et que passé le porche, j’assisterai enfin médusé au développement du château dans une grande profondeur, comme le laisse espérer la si belle cour probablement d’honneur. Mais toujours, je passe le porche, et là s’étendent immédiatement les jardins sous une esplanade en gravier. Et moi les jardins, bon, je suis pas contre, mais les jardins géométriques complètement maitrisés, ça ne me parle pas complètement. Et puis ce sont des jardins, pas le château que mon imagination réclamait. Et puis et puis et puis. Et puis à chaque fois que je suis venu, il faisait toujours un cagnard de l’enfer. Tout ceci contribue à me donner une image bizarre du château de Lunéville.

Cependant, visiteuse, visiteur, n’oublie pas que mon point de vue ne doit (malheureusement) pas faire taire une certaine objectivité: le château de Lunéville vaut le détour, rien que pour l’histoire de sa remise en état suite au dramatique incendie de 2003. Et puis ce matin j’ai foiré mon café, trop d’eau, pas assez de café, va savoir, mais faut pas m’écouter, je suis ronchon.

 

2 Replies to “Lunéville, le château et les jardins”

  1. Ah c’est sur que si tu prends le château de Lunéville comme médoc pour lutter contre l’esprit chafouin et la maladresse caféïque du matin, c’est gros à avaler.
    Pour ma part, étant né à Lunéville et ayant passé ma jeunesse juste derrière les Bosquets du château, ce monument est tout autre pour moi, chargé de tant de souvenirs de gosse. On en causera devant un verre de Pouilly Fumé… 😉

    1. Je pense qu’il faut au moins ça.

Laisser un commentaire