Fin d’après-midi autour de Château-Voué

Château-Voué est un petit village qui se trouve carrément en Moselle, près de Morhange, dans un coin calme. Calme? Désert, oui! Mais c’est une assez bonne nouvelle. Il est perché, comme ça, au bout d’un plateau battu comme un chien par les vents froids. Une tour en ruine qui yoyote, quelques rues, des chiens genre malinois qui sont heureusement derrière un grillage. Terre de chasseurs, que veux-tu… des maisons basses, mitoyennes, profondes et étroites: la Lorraine qui se blottit contre les vents d’hiver, qui plus est sur ce plateau nu. Tout autour, des forêts humides, des étangs, des baraques de chasse, de grosses fermes isolées. Pour moi, le Nancéien, tout un délicieux frisson face à cette hostilité supposée, que les oies véhémentes symbolisent parfaitement. Si la campagne n’est que douceur, gentillesse, lapins souriants et ruraux serviables, proches du bon sauvage, quel intérêt d’être citadin de formation? Faisant fi de tout optimisme, j’avoue que je suis dans mon imaginaire (qui aura changé dans dix secondes) plus Massacre à la Tronçonneuse que gîte rural trois épis, quoi. Au moins, le méchant plouc crasse n’y fait que souligner la bêtise médiocre du citadin. Et c’est bel et bien.

 

 

 

Laisser un commentaire