Nancy depuis la butte Sainte-Geneviève

 

Et ce type, dans les années 90, dans une émission à grande audience sur le thème de la vulgarité, quand animateurs et invités commençaient à avoir épuisé tout l’outrancier bite couille nichon et tournaient sévèrement en rond, qui d’un coup, dit, comme ça: « pour moi la vulgarité, ce n’est pas le sexe. La vulgarité, c’est la sortie des villes ». J’en ai déjà causé. Mais ça m’avait marqué.

Ici, la sortie Est de Nancy, que je n’aime pas. Le bout d’Essey, et Seichamps, Pulnoy, jolis villages noyés dans un océan de pavillons et de zones commerciales, qui déstructurent l’espace et rendent obsolète toute notion d’orientation et de structuration du temps…

3 Replies to “Nancy depuis la butte Sainte-Geneviève”

  1. « La vulgarité c’est la sortie des villes ». Salut à l’inconnu radiodiffusé auteur de pareille réplique. Cinglant et juste.

  2. Tout est dit. Essey-Pulnoy est à chier, comme Houdemont-Fléville, comme toutes ces zones interchangeables. On ressent une vive satisfaction à ne pas y foutre les pieds pendant un certain temps et un vrai regret à devoir quand même y retourner…

  3. Je plussois, j’extrapole à toutes les entrées de villes défigurées. « Vulgarisées ».

Laisser un commentaire