Joutes

Les Joutes du Téméraire. Depuis bien longtemps, rendez-vous à Nancy des amateurs de jeux de rôles, qui se sont ouvertes depuis au jeu en général, mais restent bien entendues centrées sur le bon vieux « JDR ». J’ai commencé cette pratique vers douze ans, et je n’ai plus cessé. J’allais aux Joutes à la fin des années 90, quand c’était encore au vieux Palais des Congrès de Nancy. Des années que je n’y étais pas allé. J’en retire que « de mon temps« , c’était plus sauvage, plus chaotique, moins sage en général, qu’on s’y déguisait beaucoup moins et qu’il y avait moins de camelots. Je préférais. D’autant que selon le fastidieux principe d’Archimerde, c’était nécessairement mieux à mon époque, ça ne se discute pas, c’est un axiome. Il n’en reste pas moins que je suis content de voir qu’elles existent toujours les Joutes, même si il y a des vigiles à l’entrée et que ça me fait bizarre; on y trouve tout un tas de gens passionnés répartis en chapelles heureusement poreuses, et qu’on a le plaisir non-feint de croiser dans les couloirs des lieux d’accueil des hommes en armure portant l’épée longue négligemment, et regardant attentivement une furieuse partie de Bomber Man projetée sur un écran ou buvant un Coca en jouant à un jeu de plateau ou de cartes, ou de stratégie avec décors sidérants et figurines peintes avec talent. Ou encore, se fritant la gueule dans un tournoi de Trollball. Bien entendu, ce que je préfère reste le bon vieux jeu de rôle sur papier (dit aussi sur table), que j’ai toujours pratiqué en privé traditionnellement au milieu d’un nuage de tabac (entre autres), et avec des réserves de Picon, de café et de divers éléments solides, tels que saucissons, pizzas ou pâtes carbonara ratées par négligence. Ce bon vieux jeu sur table reste présent aux Joutes -quoique sans les éléments sus-cités- et l’on peut toujours s’y inscrire pour partager avec de parfaits inconnus un scénario plongeant avec eux, devenus par la magie des rôles de proches compagnons, dans un univers médiéval-fantastique ou horrifique, vampirique, futuriste, parfois comique, post-apocalyptique et autres délices: les variantes sont légion. Je note aussi, et ça c’est cool, qu’elles sont beaucoup plus mixtes qu’à mon époque, les Joutes. C’est pas un luxe.

Tout ça pour dire que même en touriste, cette année, et nonobstant la nostalgie de « mes » Joutes passées et peut-être plus bordéliques et irrévérencieuses par esprit de n’importe quoi (mais je me méfie des déformations égocentriques de la mémoire…), c’était un bon bol d’air frais que de venir voir ce qu’elles sont devenues, les Joutes du Téméraire, et de croiser des ami(e)s pas vues depuis des lustres, en passant. Quelques photos peu représentatives (pas motivé, pas le matériel, pas de conditions optimales) mais que je tiens à mettre ici, par attachement. Merci donc aux organisateurices, pour faire large, et j’espère bien que ça continuera longtemps longtemps.

_DSC9229  _DSC9231 _DSC9233 _DSC9289 _DSC9308 _DSC9329

_DSC9230

2 Replies to “Joutes”

  1. C’est « Kamelott » ?

  2. Peu s’en faut.

Laisser un commentaire