Les grues, mais pas à Nancy

Y’a quelques jours que je vous assène les grues de Nancy qui construisent des trucs qui font causer les bavards dont je fais partie et à ce propos le fond de l’air est frais, c’est l’hiver qui arrive, faut bien payer la douceur de Décembre ma bonne dame. Voilà, moi j’aime bien causer de ce genre de choses.

Mais pas là. Là j’étais en route vers Saint-Mihiel en joyeuse compagnie pour aller voir l’Abbaye de l’Étanche entre autres. Mais un billet sur l’abbaye sans faire un peu d’histoire-les-amis, ce serait sec, moi j’aime bien quand y’a des matelas de mots sur des sites comme ça. Pas que d’histoire d’ailleurs, mais des mots, et là tout de suite, tu crois peut-être que j’ai le temps de te faire des mots comme ça? Hein? Non. Bon.

Alors bon sang, quoi?

Rien, quelque part entre Toul et Saint-Mihiel, des grues dans les champs. Et cendrées, les grues, pas d’la merd’. C’était joli et tout.

_DSC2732 _DSC2733 _DSC2734 _DSC2736 _DSC2737

2 Replies to “Les grues, mais pas à Nancy”

  1. Y’en a plein chez nous : il faut passer la frontière Lorraine mais pas de beaucoup… c’est juste après Saint-Dizier. On y mange encore du pâté lorrain, c’est dire !

    1. Oh oui, je suis déjà venu dans vot’ beau chez vous les regarder! Et ça vaut le détour…

Laisser un commentaire