On imagine que tu veuilles utiliser une photo…

Tu te sers. Si la photo est présentée publiquement d’une manière ou d’une autre, j’aime toujours bien recevoir un mail pour qu’on en cause. Mais tant que ça ne te rapporte pas de pognon, c’est vraiment pas un soucis. C’est toujours un peu plus courtois de me citer, voire de placer le lien du blog, mais j’en mourrai pas si ce n’est pas le cas. Je dirais que ça dépend de ton éducation et de ton sens du partage équitable. Vas juste pas dire ou sous-entendre que la photo c’est toi qui l’as faite. Et puis aussi, c’est bien de me prévenir à cause du tribunal qui est dans mon crâne, et qui peut se dire que tu es un connard, ou une connasse, ou que tu sers des intérêts que je vomis; il se peut que je devienne tout rouge et tout. Si on peut s’épargner ça…

Si jamais ça doit avoir un usage à but lucratif, là faut qu’on cause sévèrement. Je te prie avec insistance de m’envoyer un mail via le formulaire dans la colonne de droite. J’ai pas envie de finir via ma prose imagée chez des serviteurs du Grand Capital sans gauler ma part du gâteau (car oui, je suis opportuniste, surtout le week-end: c’est plus un hobby qu’autre chose). Ou juste de te dire: Grand Capital, tu peux aussi aller te faire mettre. Cordialement. Moi ça me permet de ricaner sournoisement derrière mon écran et c’est un beau cadeau que tu me ferais.

Si t’as envie de me sous-traiter l’impression un peu chiadée d’une photo qui te plaît, je contacte des autres sous-traitants et on voit ce que ça donne. En général, ça coûte une bière en terrasse, ou un troc cool. Mon troc préféré c’est d’enregistrer avec mon micro idoine ta relation avec la Lorraine. Ce qui reste compatible avec une bière en terrasse. Comme quoi c’est quand même bien foutu.

Laisser un commentaire