Être en bas d’Amance

C’est bien beau tout ça. Amance. Le village perché. On ne retient souvent d’Amance que cette colline, fort belle, et ce village en son sommet, presque provençal, et son faubourg qui dévale à l’est sans pour autant tomber dans la plaine car il a sa dignité. Mais il ne faut pas oublier que si Amance est cette belle chose perchée, Amance a aussi des pieds comme tout le monde. Son pied du nord est fort agréable. Longeant les douces ondulations où la colline prend pied (mon champ lexical est toujours assez limité avant 10H du mat’), la route qui va vers la Croix du Jard, à la sortie de Laître, ne s’arrête pas qu’au magasin en contrebas de la jolie ferme du Jard. 

Elle se prolonge, la route, caressant toujours les arpions de la colline. Tout ceci est fort bucolique, mais je te rappelle que nous sommes en Lorraine, il est de bon ton qu’une croix vienne rappeler la guerre et ses morts, qui sont par chez nous un genre de spécialité locale. Le Lieutenant-colonel Venot y a laissé la peau, là, dans ces champs, le long de cette jolie petite route. Lui, certes, mais aussi et surtout plein de gars, aux premières semaines de la guerre, en des contre-attaques incessantes contre les Allemands qui échouèrent finalement à prendre la colline et à s’ouvrir la route de Nancy.

Un coquelicot, par ailleurs seul ce jour-là, essaye de se la jouer bataille de la Somme; mais définitivement, les grands batailles de l’après 14 ont effacé les sanglantes semaines d’août et septembre, plus sanglantes à elles seules que le reste de la guerre. N’est pas anglais qui veut.

Mais dis-moi, hein, on va vraiment parler de guerre toute la journée? La réponse est non, parce que la route se poursuit, coupée parfois de chemins qui tournent le dos à la colline, pour s’épancher vers des bosquets d’arbres ou des haies qui ont survécu dieu sait comment aux ravages de l’agriculture industrielle. Plus on avance sur la route, plus on voit apparaître sur la gauche le domaine rural de Fleurfontaine, et en face mais sur le coté droit, et cette indication montre bien que je n’ai pas tout retenu de mes courtes heures en géographie à l’Université, se tient la ferme de la Fourasse. Détruite en 1914 (ah merde, j’ai rechuté), reconstruite et devenue aujourd’hui refuge de la SPA. Bientôt, un carrefour. A gauche, Fleurfontaine et la remontée sans aménité (mais avec du charme pourtant) vers Amance via son Faubourg. A droite la Fourasse, où s’arrête la route. Elle est prolongée par des chemins carrossables qui pénètrent le couvert de la forêt d’Amance, beau massif qui se prolonge jusque Champenoux et Brin-sur-Seille. Au dernier moment, petit coup d’œil enfin aux pentes de la colline d’Amance, histoire de pas jouer non plus au snob de la plaine!

Fleurfontaine

A proximité immédiate du château de Fleurfontaine, en bas d’Amance, c’est chouette. Pour plein de raisons. Dont voici des exemples. Et encore, t’as pas vu la vue, cette pente douce et imperceptible qui, si tu n’y prend pas garde emmènera ton regard… pfiou, au moins jusque Cerville!

DSC_8383 DSC_8386 DSC_8388

Encore plein d’automne, d’Amance à Bouxières, de Dommartin à Laître

Des photos prises sur ces quinze derniers jours, qui ont apporté un concentré d’automne souvent sidérant.

 

DSC_2138
Vue prise depuis Amance, terrasse de l’église, vers le sud. Brillante d’humidité, la route de Laître-sous-Amance à Laneuvelotte
DSC_2190
Sous Fleurfontaine (Amance)
DSC_2100
Le Pain de Sucre un soir étrange, pris depuis la sortie de Laître-sous-Amance, avec au pied les silhouettes de quelques maisons de Dommartin-sous-Amance
DSC_2114
Le plateau au-dessus d’Écuelle (écart de Bouxières-aux-Chênes)
DSC_2113
Le plateau au-dessus d’Écuelle (écart de Bouxières-aux-Chênes)
DSC_2178
Sous Fleurfontaine (Amance)
DSC_2139
Vue depuis Amance vers Bouxières-aux-Chênes
DSC_2185
Sous Fleurfontaine (Amance)
DSC_2208
Sur la route du Jard à la Fourasse (Laître-sous-Amance et Amance)
DSC_2182
Sous Fleurfontaine (Amance)
DSC_2348
Chemin entre Brin-sur-Seille et l’étang, dans la forêt, là-bas
DSC_2165
Sous Fleurfontaine (Amance)
DSC_2344
Chalet Gaston à l’étang de Brin

 

DSC_2160
Cohabitations…

Les ondulations

En été, l’été climatique, pas celui du calendrier, très vite, les champs qui avaient dans l’intersaison des éclats presque fluorescents dans le soleil à travers les jeunes pousses, redeviennent opaques, et bruissent, bruissent, jusque sous les frondaisons de la forêt. Dans ces moments, il ne suffit pas de se dire que les ondulations des céréales sont comme la mer, formellement. Non. Il faut aussi se dire qu’elles ont l’air d’être une grande créature souple et indistincte, comme elle, avec sa volonté propre. Une volonté sans une once de malveillance, mais dont la cruauté remonte loin avant ces notions de bien et de mal. Et la craindre. Voilà voilà. Dis-donc. Faut que j’arrête avec «Les Enfants du Maïs», moi. Revenons à cette promenade entre Fleurfontaine et la forêt d’Amance, tiens.

DSC_1294 DSC_1290 DSC_1288 DSC_1234 DSC_1230

 

Fleurfontaine estival

En bas d’Amance, il y a le château et la ferme de Fleurfontaine. Même si on s’est joyeusement appliqué avec nos partenaires européens actuels à tout y casser en septembre 1914, il n’en reste pas moins que ça a été reconstruit, et que c’est très joli. Les alentours sont doucement vallonnés, ces pentes du Grand Mont d’Amance sont fort belles, et la saison, rien moins qu’estivale, s’y prête. Odeurs de céréales, orties qui bouffent les mollets, soleil implacable, convection à l’horizon. Brise de fin de journée, et la forêt juste là, derrière, tapie.

J’l’aime bien, ma campagne aux airs d’été.

DSC_1202

DSC_1208

DSC_1211

DSC_1219

DSC_1220

DSC_1223

DSC_1198

La guerre à Amance

C’est qu’en 1914, et en particulier début septembre, on avait très envie côté allemand, et dans l’objectif de s’assurer Nancy, de grimper à Amance. On s’est étripé au pied du Grand Mont, du côté de Candale, de Quercigny, à Fleurfontaine, à la Fourasse qui fut prise et reprise maintes fois. Quand les allemands reculaient, les français avançaient, pénétraient la forêt d’Amance, les patrouilles se croisaient sous couvert, les coups de feu confus claquaient dans les bois… une dizaine de jours d’une affreuse intensité. On n’oubliera pas, il faut encore et toujours le rappeler, que 1914 fut une effroyable boucherie, que cette seule année, avec ses trois mois de combats, principalement d’août à octobre, fit plus de morts que n’importe quelle autre année de la guerre, y compris 1916 qui vit pourtant se dérouler les batailles de Verdun et de la Somme.

Passé septembre, le secteur devint «calme». Oh, on mourrait bien parfois dans les secteurs dits calmes, mais moins. Après l’incendie de septembre, les allemands abandonnèrent la forêt et se replièrent vers Brin-sur-Seille, où le front se figea. Les tranchées durables apparurent. On fit son trou, pourrait-on dire. Le Grand Mont d’Amance, pendant la bataille de septembre, avait bien entendu été très bombardé, y compris le village. L’artillerie française qui s’y trouvait a souvent été réduite au silence par les obus allemands. Mais après le repli de ces derniers, on se réinstalla, et on se fortifia à Amance. Il en reste des traces assez nettes au Grand Mont, sur la lèvre du plateau et sur les pentes orientées vers la forêt. De nombreuses tranchées françaises sont encore lisibles dans le sous-bois, et des abris en dur restent visibles, souvent pour les artilleurs, nombreux à cet endroit. Sur les vues aériennes actuelles, on voit encore bien le tracé de certains boyaux qui reliaient les batteries, qui ont également laissé leur marque dans les champs, aux abris voisins.

J’ajoute ce grand abri bétonné, aux entrées très développées, et qui possède un mur décoré par un cartouche malheureusement très dégradé. Abri à la réalisation très soignée dont la destination m’intrigue. Et qui en plus de sa valeur historique donne des résultats visuellement et graphiquement intéressants quand on lui balance du gros flash de viking dans la tronche.

Enfin, sur tout ça on reviendra. D’ailleurs, d’avance, merci encore à Marc l’indic à vestiges de guerre et à Yvan le mesureur de vestiges de guerre.

_DSC6473

_DSC6476

_DSC6481

_DSC6484

_DSC6488

_DSC6490

_DSC6494