Maxéville du fond

Maxéville est une commune super mal branlée. Y’a des bouts de partout qui dépassent, c’est n’importe quoi. le gars qui a fabriqué Maxéville, il était pas géomètre, moi j’te l’dis. Total tout le monde croit que la tour Panoramique elle est à Nancy, au Haut-du-Lièvre, le HDL pour les intimes. Et tout le monde se dit que le stade Darnys, et la prison, c’est à Nancy. Au Haut dul’ comme on dit encore. Alors que que nenni! (je vise manifestement pas le Goncourt). Tout ça, c’est sur un bout de Maxéville qui court du bord du Haut de Lesse (où c’qu’y a la tour Panoramique, officiellement tour des Aulnes) jusqu’à la zone Saint-Jacques I. De toute façon tout ce qui est sur le Plateau là-haut, HDL, CLB, Gentilly et tutti quanti, c’est un bordel pas possible pour savoir sur quelle commune tu es. Donc autant pas chercher, hein?

Sur les toits de la rue Vayringe (Nancy)

Si j’étais un chat, par exemple, je verrais tout ça depuis les toits de la rue Vayringe. Je n’en n’aurais rien à foutre, parce que je serais plus concentré sur les pigeons, les gadins éventuels, les odeurs de cet enfoiré de chat du voisin, et les points judicieux où ajouter ma propre odeur, pour bien lui signifier que si on se croise, ça castagnera comme à Massiges.

C’est dommage, je raterai quelque chose. Et réciproquement.

Et comme je ne suis pas un chat, c’est ce que je vois depuis le velux des copains du dernier étage de l’immeuble où j’habitais avant d’avoir les pieds dans la gadoue du Grand Couronné. Plus modestement.

DSC_7488
Tout là-bas au fond à gauche, sur la colline, Bouxières-aux-Dames
DSC_7489
Au fond là-haut, vers le nord-est, les pentes du bon copain le plateau de Malzéville.
DSC_7490
De l’autre côté, au nord-ouest, Maxéville. On voit l’alignement des toits de la cité ouvrière Solvay sous le vieux terril jaunâtre des anciennes carrières non moins Solvay, et le joli profil bien horizontal, et sans terril, de la Fourasse. Même, on voit les camions sur l’A31, dans sa portion « contournons Nancy ».
DSC_7493
Insensiblement, on revient vers l’ouest. La partie Maxévilloise du Haut du Lièvre, soit le Haut de Lesse, avec à droite la terrible tour panoramique des Aulnes, ses copains immeubles du quartier des Aulnes, et à gauche en haut, à moitié planquée par des arbres, l’école des travailleurs sociaux du cru, l’IRTS. En dessous, avec son toit tout rouge tout neuf, l’ancien Ermitage, qui fait aussi partie de l’IRTS et que les étudiants rejoignent depuis en haut par l’ancien chemin de croix qui serpente joliment entre les arbres.
DSC_7497
Au sud-est, les toits des rues perdues de Nancy, comme la rue Mathias Schiff, rue un peu molle. La rue Schiff molle, quoi (pardon, auguste sculpteur de la statue de René II place Saint-Epvre, ton nom est une perche tendue à mon esprit dévoyé par des drogues maléfiques, comme le salariat, le réformisme ou les patates). Au fond, la silhouette des Grands Moulins qui caracole un peu.
DSC_7499
Toujours plus ou moins au sud-est, hein, les mêmes toits du même quartier qu’au-dessus, dit le Crosne, et au fond les immeubles à l’implantation plus paysagère qu’il n’y parait d’abord, perchés au-dessus de la Meurthe, du quartier Jéricho à Malzéville.

La Tour des Aulnes

Qu’est-ce que c’est que ça encore la Tour des Aulnes? Eh bien, si tu es Nancéien, ou que tu es venu dans notre ducal bled, tu l’as vue. Tu peux pas la rater. Même que en fait, elle est à Maxéville, pas à Nancy. On l’appelle surtout la Tour Panoramique, non sans raisons. Parce qu’elle est grande, oui, et qu’en plus elle s’élève juste sur le rebord du plateau connu sous le nom de Haut de Lesse, dans le prolongement du Haut du Lièvre. Je sais pas si ça t’en bouche un coin, mais moi non. C’est juste une info en fait. Pas de quoi en faire un plat. Mais c’est bon à savoir.

Not’ bonne vieille Tour des Aulnes, elle culmine à 96 mètres. Il est dit qu’elle est ainsi le plus haut bâtiment de Lorraine. On a commencé à l’habiter après deux ans de travaux, c’était en 1971. On l’habite toujours aujourd’hui. Le coupe de gardiens saura vous en parler, même s’il était un peu vener’ à juste titre ces derniers mois, vu qu l’OPAC se fout un peu de leur gueule.

La question, à la Tour des Aulnes, c’est pas de savoir si tu l’aimes bien ou pas. Du moins pour ma génération. Elle a toujours été là, et a toujours fait partie de mon paysage nancéien. Je la détesterais que ça ne changerais pas grand-chose. Elle est là, et c’est tout. On vit avec. Bon, moi je l’aime bien.

J’ai eu l’occasion l’année dernière d’aller au 27ème étage (si je me souviens bien). Quelle vue les enfants! Et quel ascenseur psychédélique!

Alors comme elle est encore là pour un moment (jusqu’à ce que le terrain bouge un peu trop et qu’elle se casse la gueule), on va remercier (ou accuser, c’est selon) les architectes Abel Lucca et Guy Wurmser. Voilà, voilà.