Les fantômes de la Vieille Ville

La Vieille Ville de Nancy brille, aujourd’hui. Plutôt bourgeoise, plutôt coquette, les touristes s’y pressent pour ses monuments, ses musées, mais aussi les Nancéiens, pour ses restaurants, pour ses bars, ou juste pour le plaisir d’y être. Tu es à deux pas du grand parc de la Pépinière, à deux pas des grandes artères commerçantes, à deux pas du Faubourg des III Maisons. Tu aurais tort de te priver. Mais les gens qui braillent sottement aujourd’hui sur «l’insécurité», et la mairie en premier, semblent avoir la mémoire courte. Oui, comme partout, il peut y avoir des problèmes, mais alors que les actes d’agression et d’incivilité ont rarement été aussi faibles dans l’histoire de la ville, ils oublient que jusqu’aux années 1970, et le très gros effort de réhabilitation des lieux, certains coins de notre Vieille Ville étaient fort peu recommandables, voire dangereux. C’est assez logique: le plus vieux quartier de la ville… insalubre, par endroits misérable, où un coup de couteau égaré est vite arrivé. Certains soirs, en hiver, quand la nuit se ramène, et que l’éclairage public tarde à venir, quand le temps est de plomb… j’ai l’impression que ces fantômes d’un passé dit mal famé traînent au coin des rues de ce quartier aujourd’hui aisé.

Tiens, en parlant d’insécurité, j’ai lu un jour en commentaire sur un site local pas passionnant des Nancéiens qui écrivaient: «mon mari et moi n’osons plus sortir par peur d’insécurité». Eh bah, on n’est pas rendu.

Nancy, la Renaissance, la fête, la messe et moi

Il a fait beau. J’aime la pluie, mais j’aime le soleil juste après la pluie. Donc, si je me félicite de ce samedi lumineux, je me félicite également de la pluie déjà revenue, qui nous offrira un nouveau samedi lumineux (certes d’ici quelques décennies si j’en crois le vent et la pluie qui frappent en ce moment même à ma fenêtre)(mais tu noteras que c’est chouette aussi pour plein de raisons)(et que si c’est pas de la météorologie de pointe, je m’y connais pas).

Ce week-end, à Nancy, c’était la fête officielle à la Renaissance. Avec des gens en tas de costumes et tout. Moi j’étais très occupé place Saint-Epvre à boire une bière en terrasse avec un mec apparemment vachement sympa qui me montrait des vieilles cartes postales très chouettes, dont des roses. Y’avait tellement de monde dehors, entre les gars en costume Renaissance, les filles et la sortie de la messe à Saint-Epvre, à la fois anachronique et m’as-tu-vu, qui remplace avantageusement une sortie au zoo d’Amnéville, j’avais un peu les yeux qui trimballaient dans tous les sens. C’est pas toujours simple de se concentrer. Je ne suis pas un ninja non plus. Et je n’y tiens d’ailleurs pas, j’ai toujours détesté les cagoules. Ça gratte.

Voilà, des photos d’un Nancy de carte postale, mais très joli sous son soleil, avec ses pavés encore humides et ses figurants qui ne se laissent pas abattre et qui ont sacrément bien raison. Vu qu’il fait pas mauvais vivre par ici.

DSC_0335 DSC_0336 DSC_0337 DSC_0339 DSC_0340 DSC_0341 DSC_0342 DSC_0344 DSC_0345 DSC_0346 DSC_0347 DSC_0349 DSC_0350

Nancy sous la neige, 1997

J’en ai peut-être déjà parlé, je ne sais plus, et je ne retrouve pas de billet à ce sujet. Mais c’était un matin de 1997, un dimanche, et il avait bien neigé la nuit. Et comme je partage avec mon père un goût certain pour le phénomène météorologique dans son ensemble, nous voici partis, appareils en main, en Vieille Ville.

Je suis l'Hôtel des Loups, mecton. Et laisse-moi te dire que j'ai eu la faveur de l'auteur de ce blog
Je suis l’Hôtel des Loups, mecton. Et laisse-moi te dire que j’ai toujours eu la faveur de l’auteur de ce blog
Hello, je suis la basilique Saint-Epvre, sur la place du même nom
Hello, je suis la basilique Saint-Epvre, sur la place du même nom
Salut, je suis la porte de la Craffe
Salut, je suis la porte de la Craffe
Bonjour, je suis la Grand' Rue, et le clocher de la basilique Saint-Epvre
Bonjour, je suis la Grand’ Rue, et le clocher de la basilique Saint-Epvre