Oh bah vivement l’hiver!

Moi je suis impatient. J’ai adoré l’été, mais il suffit qu’il se mette à faire moins de vingt degrés, qu’il fasse gris et qu’il pleuve pour que je sois déjà en train de trépigner en attendant la première neige. Ce qui un 26 août, on est d’accord, n’est pas bien raisonnable.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Contes de la rue Vayringe

Moi, à Nancy, j’ai habité à quelques endroits. On va dire, à Nancy et dans son agglomération. Alors je passe les trucs de gamins qui comptent pas parce que c’est de la triche. Mais une fois adulte, la fois où je me suis senti « à la maison », c’était rue Vayringe. Vachement plus que rue du Faubourg des III Maisons alors que c’était déjà pas mal. Rue Vayringe. Tu connais mieux à Nancy? Ouais, tu connais mieux, forcément. Mais je te demande pas ton avis. Ah bah si en fait. Bref, moi, « rue Vayringe », c’était chez moi plus que jamais. Comme il se trouve que j’étais derrière les façades de la rue Vayringe l’autre jour, de l’autre côté, aux jardins, bah, je te fais profiter des histoires qui s’y passent…

DSC_9660 DSC_9665 DSC_9667 DSC_9670