De Frouard à Pompey, ça mérite

T’as vu? Au nord de Nancy? Parce que Nancy, ça, t’as vu. On ne peut pas rater Nancy. Mais j’ai rarement vu un visiteur de Nancy se perdre au nord, le long de la vallée de la Meurthe qui plonge dans celle de la Moselle. Il est con, le visiteur. Du coup. Il rate quelque chose. Si il s’en tient à son guide sur Nancy. Parce que le nord ex-industriel de Nancy, il vaut le détour. Il vaut qu’on arpente là où y’avait les aciéries, et tout le toutim. Il vaut qu’on imagine et qu’on rêvasse au bord des quais bétonnés mi-urbains, mi-sauvages. Le Nord de Nancy, Frouard, Pompey, c’est toute une histoire. Et si tu rates cette histoire, tu rates quelque chose de Nancy. Je te le dis tout de go. Sans l’ombre d’un scrupule. Frouard et Pompey, ça mérite!

DSC_1493-2

DSC_1495

DSC_1496

DSC_1489

DSC_1488-2

DSC_1486

DSC_1485

Centre Spillmann: respiration

Les photos que je peux mettre ici de Spillmann sont un peu sinistres. C’est vrai. Et plus on monte dans les étages et pire c’est. Les combles sont particulièrement inquiétants. Mais à chaque étage, il y a aussi un grand balcon, et dans les combles, l’œil de bœuf, qui a perdu son horloge depuis belle lurette. A chaque fois, en particulier les jours d’hiver en coton, on vient y respirer un peu, prendre le soleil, prendre la lumière, avant de replonger dans les couloirs dévastés. J’aime cette vue simple, distanciée, sur le Nord de Nancy, au-dessus de la mêlée comme écrivait le bon Romain Rolland. De plus, vue d’ici, la topographie est limpide, parfaitement lisible, et donne donc un véritable éclairage tant sur les installations des Celtes sur les hauteurs comme à la Fourasse, que sur l’importance stratégique de ce goulot entre Champigneulles, Bouxières-aux-Dames et Frouard -et donc l’établissement des forteresses de Frouard et de l’Avant-Garde à Pompey, puis plus tard le passage concentré en ces lieux de la grande route de Metz, de la voie ferrée et du canal, ainsi enfin que la construction du fort de Frouard et surtout de la batterie de l’Éperon, toujours à Frouard.

Bref, de Spillmann, on comprend tout le nord de Nancy. Et en plus on respire, bon rat. Ce qui fait toujours du bien.

Un tour au plateau de Malzéville

Le Plateau de Malzéville, qui domine Nancy, la vallée de l’Amezule, la banlieue est, la nord-est, d’où l’on voit les Vosges, et les tours de Saint-Nicolas-de-Port… Ah! Que c’est agréable! Cette grande prairie perchée! Qu’il y fait bon!

Bon alors oui, forcément, si je commence par les points d’attache des câbles de stabilisation de la grande antenne… ça fait pas accueillant comme ça. Mais d’un autre côté, la grande antenne, c’est un personnage inévitable du plateau.

Là-bas, dans la vallée, eh bien… on dit bonjour à Pompey!

On salue les dames du haut de Bouxières-aux-Dames…

On distingue le centre Spillmann à Lay-Saint-Christophe, paumé dans les arbres. Comme j’arrivais pas à me décider entre le cliché en noir et blanc, bah du coup, je suis pas bégueule avec moi-même, hein, je fous les deux.

Bé dis-donc mon cochon, elles sont pas dégueu les vues depuis ton plateau de machin chose, là, hein? En effet, vulgaire interlocuteur, je te le confirme, elles sont d’un intérêt certain. Tiens, tu vois là-bas? C’est la ferme de Beauchamps sur le plateau au-dessus d’Eulmont. Avec sa piste pour les ULM.

Et puis bon, l’émetteur. Tu pouvais pas y couper.

C’est un décor, tu peux faire des blagues à base de « Allô Houston? Ici le plateau, j’ai fait caca dans mon calbut' ». Tu vois. Ou des autres genres de blagues de haute tenue, hilarantes et braves.