Lyon, poursuites

A la fin de quelques jours finalement magiques à Lyon, je rate mon train. Me voici « bloqué » dans la ville un lundi étrange, hors du temps, illégal, clandestin. J’aurai le temps de faire quelques circonvolutions dans la ville cet après-midi encore avant mon foutu train de 18H12, celui-là même que par un lapsus j’ai raté hier soir dans la foule compacte et confuse des retards dûs aux intempéries, en lisant 18H21 sur le billet. Et malheureusement, le mien était à l’heure.

Malheureusement? La ville de Lyon ne vaut réellement que par des gens qu’elle renferme, et qui me permettent de me créer ma propre géographie intime, quasi-ésotérique de la ville, de donner du sens à ses formes, à ses lieux, à ses échappées belles. En elle-même, Lyon ne m’a pas marqué. Son essence, le peu que j’ai eu le temps d’en ressentir, ne m’a pas réellement ému. C’est pour ça aussi que j’écrivais, après être venu en juillet, et avant de rencontrer les gens, que Lyon est « une ville curieuse, non sans charme, dont je n’ai pas le sentiment d’avoir vu encore ce que je peux y trouver, faute de temps, faute de flair, faute de pas. Mais il y a quelque chose à y trouver, c’est une évidence ». Je ne savais pas encore que ce trésor que je sentais planqué ici était humain. Que trois mois plus loin dans le temps, quitter la ville serait un déchirement, mais aussi une invitation à revenir…

Alors, hommage aux trésors humains qui se terrent aux quatre coins de la vi(ll)e, les intéressé(e)s savent. Et plus qu’hommage à l’apprentie-zombiologue des hauteurs.

Une ville, c’est des gens. Sans des gens, c’est que du béton. Les p’tits humains dans leur jus, qu’ils l’aiment ou non, c’est ça qu’j'aime bien.

(Lyon, 30 et 31 octobre 2008)

This entry was posted in Villes and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>