Le château de Pierrefonds: les extérieurs

Viollet-le-Duc, on aime bien lui cracher à la tronche du haut de notre XXIème siècle qui s’y connaît vachement en bon goût, Kev Adams ou Lou Doillon nous le rappellent chaque jour. Sauf que moi, au bout d’un moment, ça me pose un soucis, parce qu’on ne le replace pas dans son contexte, dans la tendance de l’époque, époque à laquelle le patrimoine ne voulait pas encore dire ce qu’il signifie aujourd’hui. Il faut comprendre qu’il y a fort à parier que notre notion de patrimoine fera sourire les gens dans un siècle. Ceci posé, il est vrai que l’Eugène a modifié la morphologie de nombreux édifices, parfois de façon radicale, Pierrefonds en est le cas d’école. Et alors? Que des gugusses se soient mis à péter à une époque les chœurs romans des églises pour y monter des chœurs gothiques bien bling bling, personne ne semble trouver à y redire. Viollet-le-Duc n’a rien fait d’autre. Et sans lui, au lieu d’un Pierrefonds « dénaturé » qui fait blêmir les puristes pénibles, on aurait… un tas de cailloux. C’est fort probable. Viollet-le-Duc a contribué à modifier les édifices, il a aussi fait partie de ceux qui ont redécouvert le Moyen Âge et ont sauvé un sacré paquet de chef-d’œuvres en péril. C’est ainsi.

_DSC1305

_DSC1307

_DSC1308

_DSC1311

_DSC1313

_DSC1315

_DSC1316

_DSC1317

_DSC1318

_DSC1319

_DSC1320

_DSC1322

This entry was posted in Monumental and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>