Versailles

Je veux pas faire mon blasé, bien au contraire, mais Versailles ne m’a pas émerveillé. Ça m’a très fortement intéressé, en amoureux de l’histoire que je suis, de mettre des lieux sur des personnages et des événements. Mais intimement, là où se cache le gamin que j’héberge dans mon cerveau, ça ne m’a pas fait grand-chose. Allez, faut dire ce qui est: c’est tout le temps trop, partout, toujours. L’explosion de faste, malgré la grande qualité de conception et de réalisation des lieux, mène très très vite à la saturation la plus épaisse. La pesanteur du cérémonial, la rigidité des lieux se ressent de tous les côtés, raaaaaah. Sans compter la faune locale à broches dorées et foulard de marque qui foutent une plus sale ambiance dans les rues que les hordes de touristes. C’est pour dire. Le bas du 18ème, côté cradingue, m’a vite manqué. Enfin, j’ai quand même bien aimé la petite galerie de la dernière photo, fraîche et sobre au milieu de ce bordel de dorures, et regarder par les fenêtres m’a fait rêver. Pas ce que je voyais, mais bien le fait de regarder par les fenêtres. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que c’est par là que je respirais, et que eux aussi, les pensionnaires, laissaient respire leur cerveau de temps en temps…

_DSC4268

_DSC4269

_DSC4272

_DSC4273

_DSC4281

_DSC4285

_DSC4286

_DSC4293

 

 

This entry was posted in Monumental and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>