De passage à Custines

Moi tu sais pendant longtemps Custines, toute mon enfance en fait, c’était le chemin du mercredi, du samedi ou du dimanche. J’allais avec mon grand-père ou avec mes parents dans la vieille maison pourrie et chouette paumée du côté de Sivry. On partait de Nancy, alors tu vois. On sortait à Custines et on s’arrêtait au supermarché sur la route de Faulx (mais on prenait à gauche à la patte d’oie) parce qu’il fallait bien acheter des choses à manger. Bon, un supermarché, tu vas me dire, c’est pas… hein? Voilà. Mais c’était le petit supermarché de Custines, porte de ces contrées cambrousses où j’ai passé des journées dehors, souvent seul, à faire connaissance avec les limaces, les fourmis, les trucs qui volent plus ou moins gros et les orties dans la gueule. Custines, c’était quitter l’autoroute, et c’était bon signe, c’était signe qu’on allait bientôt traverser la forêt épaisse et mystérieuse avant de redescendre sur Belleau. Qu’est-ce que j’ai pu fantasmer cette forêt, entre sourde inquiétude et fascination désarmante. Voilà, Custines, dernier avant poste avant la Forêt Noire (Mirkwood!) et au-delà l’Erebor. A moins qu’il ne s’agisse de la vallée de la Natagne. Les deux valent le détour.


Quelques images rapides de Custines, de l’avant-poste, ou de la dernière frontière

Laisser un commentaire