The Hidden Week-End: des détails

Le week-end dernier, je me suis donc retrouvé à observer le déroulement du Hidden Week-End avec le stress de ceux qui organisent un événement avec trois bouts de ficelle: comme quoi c’est possible. Il n’empêche que les installations sur les gravats du bâtiment de sciences de l’ancienne Ecole Normale de Nancy, rue Marcelle Dorr, étaient la partie qui m’échappait complètement. Elle était en effet le travail de Gilbert1, en écho aux façades, et restait une mystérieuse structure s’extirpant des blocs de béton, dont on ne pouvait, ou dont on n’osait pas trop s’approcher. Moi, les qualités esthétiques de l’ensemble m’ont beaucoup plu. Mais je dois bien avouer que dans le fond, ce qui me plaisait encore plus, c’était les « principes constructifs », pour la jouer pompeuse. C’était de voir comment tout était attaché, et comment on a fait tenir de manière efficace des planches de bois en jouant certes sur les points d’attache, mais aussi sur les rapports (et reports) de forces au sein de la structure. Et ce de manière, pour ma part, assez intuitive. Au final, j’ai maintenant envie de me précipiter en foret et de construire une cabane, mais pas une simple cabane, une cabane qui ressemblerait un peu à une installation de Gilbert1…

2 Replies to “The Hidden Week-End: des détails”

  1. « Crucifixion » ? Comme dans « la vie de Brian » des Monty Python… tudieu, après la basilique voilà le signe de la croix… traverseriez-vous une phase mystique ? Le syndrôme Toussaint ? Parce que c’est plutôt en été qu’il y a des mystiques pleins la maison…

    1. Oh, en été, en été… on ne s’en débarrasse jamais vraiment hein.

Laisser un commentaire