L’étang de Brin-sur-Seille, dedans et au bord

Il te faut comprendre que l’étang de Brin, c’est un étang forestier, au milieu d’icelle, et que toujours, à toute saison, à toute heure, par tout temps, c’est toujours beau, précieux. Même fréquenté, même connu, tu éprouves toujours le sentiment d’être privilégié, d’être destinataire d’un beau cadeau quand il s’ouvre devant toi, au milieu de cette forêt meurtrie par les combats de 1914 en particulier. Une forêt aux grandes routes forestières bien tracées, lumineuses, avec les beaux bâtiments de l’INRA, et l’arboretum,  mais aussi aux recoins sombres, une grande forêt humide, trempée, même, aux fondrières puantes dans lesquelles le regard attend la harde inévitable, une forêt où on a envie de voir le loup, une forêt dont j’aurais aimé lire une description par Genevoix; bucolique, sauvage, belle et sourdement hostile. Et son étang, au milieu, comme un œil chassieux. Quelle belle et mystérieuse forêt, dis-donc.

_DSC6014

_DSC6015

_DSC6016

_DSC6019

_DSC6021

_DSC6025

_DSC6033

_DSC6036

_DSC6042

_DSC6076

_DSC6005

2 Replies to “L’étang de Brin-sur-Seille, dedans et au bord”

  1. La première photo est sublime

    1. J’te cache pas que je l’aime bien aussi.

Laisser un commentaire