Les variations du Champ-le-Bœuf à Maxéville

Je suis tombé amoureux de ce quartier, et c’est peu dire. Ce quartier, ses gens, ses trucs chouettes, ses trucs moches. Quand t’es amoureux t’es obligé de tout prendre. Et puis j’ai appris il y a très peu que ce gros village en béton est intimement lié à mon histoire familiale. Et ça, c’est pas rien. Allez, varions, en ayant des vues sur Laxou, voisine de 0.2 encablures.

Un Hiver au CLB

CLB. Le Champ-le-Boeuf. C’est un quartier comme les autres. L’hiver, il gèle. Quoique. Sur ces hauteurs à l’ouest de Nancy, j’ai toujours l’impression qu’il neige, gèle, pleut et brouillarde plus qu’ailleurs dans l’agglomération. Les blocs se figent dans l’air glacé (non pas qu’ils dansent la polka en été, hein). Les arbres, nombreux dans le quartier, se recouvrent du duvet blanc du givre, et si il neige, les boules de neige fusent, c’est une véritable guérilla à l’ancienne qui ravage les rues. A cheval entre Laxou et Maxéville, le quartier en hiver est réjouissant. Ceci dit, n’est-ce pas plutôt moi qui aime l’hiver tendrement? Peut-être. Peut-être que le quartier n’a rien à voir là-dedans. Tiens, je vais devoir réfléchir, ça me fatigue d’avance.

East Side Story #3 / Chamalo

«J’ai l’impression de n’être jamais vraiment parti du Champ-le-Boeuf, parce que tu vois, à chacune de tes questions, même à mon métier de clown, j’y raccroche quelque chose… j’ai l’impression qu’il n’y a pas une action que je mène, des choses auxquelles je pense, même dans mon autre boulot d’enseignant, qui ne soient pas liées aux gamins que j’ai connu ici quand j’avais leur âge, et à ce que j’y ai vu».

Le petit parc de jeux devant le groupe scolaire Jules Romains à Maxéville, au Champ-le-Bœuf. Entre les immeubles du quartier dit «prioritaire», je parle avec le clown Chamalo, qui a grandi au Champ-le-Bœuf, de l’autre côté du quartier, côté Laxou, côté Moselotte. C’était un bien bel entretien, parce qu’au-delà de l’aspect régional, on a fouillé dans le parcours personnel, et c’est de ça que je veux partir, car même amoureux du collectif, je ne le conçois qu’en partant que des individus qui le composent. Je t’invite à t’armer de patience, ça en vaut sérieusement la peine. Il raconte plein plein de choses, Chamalo, ce garçon bavard et passionnant. Pendant quarante minutes. Je crois profondément aux longs entretiens et au développement de la pensée, contre ces lieux habituels où l’urgence prédomine, les rubriques, les chroniques, qui même excellentes, saucissonnent le propos, le diluent, et me frustrent. Si même deux trois d’entre vous, lectrices, lecteurs, prenez plaisir à ce long développement riche et passionnant de Chamalo, alors ce seront autant de victoires. Chamalo milite à divers endroits, en particulier dans l’association Les Petites Grandes Âmes. On le retrouve aussi dans l »émission Pépinière de Talents sur Radio Caraïb Nancy. Note en passant les bonnes adresses…

Allez, on y va.

Chamalo, devant l’entrée de l’immeuble de son enfance