Le retour de Nancy des hauteurs

Le Plateau de Malzéville, c’est entre autres le point de vue depuis la table d’orientation, dégagé quand la tempête de 1999 est venue ratiboiser le bois qui se trouvait ici par le passé. Point de vue où on est nombreux a avoir passé du temps, emmené des gens, de la famille, des amis, un amoureux, une amoureuse. Où on a fait des feux et mangé des merguez premier prix qui militent activement pour la fin du monde. Là où je passe parfois en rentrant chez moi pour respirer un peu l’air vicié de la cuvette, regarder Nancy, et plus au loin, La Madeleine à Laneuveville, les banlieues est et sud, et à l’horizon, souvent, les Vosges.

Le Plateau de Malzéville, et ses générations passées et futures en mobylettes, en scooters, et demain en hoverboards, va savoir.

Alors allez, on plonge dans ce Nancy-là.

_DSC8113

_DSC8107
Tiens. La Meurthe. Nancy est dans sa vallée. Avec le pont de la Concorde, sa passerelle sur l’île et l’étang de la Méchelle, au second plan le pont de Tomblaine, et au fond, Jarville (et la microbrasserie Grenaille qu’on ne voit pas, mais où il faut aller) et la tour des Coop sur la droite.
_DSC8108
Au premier plan, l’aérodrome d’Essey, puis le tir de barrage tout sale des pavillons de Saulxures, et au fond la soudière Novacarb de la Madeleine à Laneuveville.
_DSC8109
Une vue vers le centre tout hérissé de Nancy, avec sur la droite ma copine la tour Joffre-Saint-Thiébaut. Devant les immeubles, dépasse un peu l’église Saint-Sébastien, et au premier plan à gauche, la cathédrale, avec à droite la caserne Sainte-Catherine (une des plus vieilles de France).
_DSC8111
Ici, ce n’est pas évident, mais c’est un quartier que je trouve très joli. C’est le Haut Rivage à Saint-Max, et je ne suis pas objectif: je n’y ai jamais vécu, et son architecte était André Lurçat, un type pour lequel j’ai vachement d’affection, mon copain imaginaire avec Jules Criqui quand même. Derrière, la grosse bouse de stade Marcel Picot au bord de Tomblaine, en face duquel j’ai vécu mon adolescence.
_DSC8112
On revient sur la vallée de la Meurthe, d’un peu plus près.
_DSC8114
Une vue plus générale de la cuvette. On voit bien le centre, Vandœuvre se dessine au fond à gauche, au pied du plateau de Brabois. En bas à droite, les fameux Grands Moulins, et juste derrière eux, le grand parc de la Pépinière, derrière laquelle on distingue, mais faut le savoir, un des pavillons clairs de la place Stanislas.
_DSC8116
La vue se décale un peu à gauche. Tout au fond, l’émetteur de Ludres. Au pied de celui-ci, s’étalent les cités de Vandœuvre. Tous les quartiers de Nancy que l’on voit ici sont ensuite assez difficiles à distinguer faute de grands points de repère. Notons sur la droite une tour un peu plus haute que les autres, c’est celle de l’Étoile, et juste à sa droite, la grande gendarmerie. Au premier plan, des bribes de Malzéville et de Saint-Max.
_DSC8136
Vue vers l’aérodrome d’Essey et la plaine Flageul à Tomblaine (où l’on pratique parfois le trollball, oui, renseigne-toi), et au premier plan, ce petit quartier d’Essey dont je dois bien avouer ignorer le nom alors que je passe souvent devant. Mouzimpré? Oui, ce serait logique, mais je ne suis pas sûr.
_DSC8135
En rentrant du plateau, je rentre par la très jolie banlieue perchée et aisée de Dommartemont. Tout un état d’esprit.

 

Plateau de Malzéville, Drang nach Osten

Tu es Nancéien, tu as toujours vécu le plateau de Malzéville comme ayant des pentes vers l’Ouest, ou vers le Sud. Jamais vers le Nord ou l’Est. C’est bien simple elles n’existent pas. Au bout de la plaine perchée et acide du plateau, on imagine une sorte de fin du monde, ou une prolongation à l’infini de ces douces ondulations herbeuses.

Heureusement que je suis là pour te détromper. En digne héritier de Magellan, et comme ça suffit pas, j’y ajouterai Galilée, et même Freddie Mercury, mais ça c’est plus par idolâtrie, j’ai été prendre quelques photos sur les pentes Est, vers l’Est, Drang nach Osten et tout le taudis afférent.

DSC_8615
Un chemin courant depuis le col Sainte-Geneviève vers le Nord. Dans le creux, Agincourt, où mon père jouait au foot dans les années 80.
DSC_8616
La jolie maison posée au bord de la jolie route qui descend de Sainte-Geneviève vers Agincourt. Jolie vue, sur cette route. Jolis trous aussi.
DSC_8620
Là-bas, entre ses deux monts éponymes -le Grand et le Petit-, Amance domine la région en s’escusant bien du peu.
DSC_8621
Au tout premier plan, Dommartin-sous-Amance, que domine sa maison forte sur la gauche, et au fond, quoiqu’en haut, toujours en majesté, Amance.
DSC_8624
Le Pain de Sucre, qui est mon ami, sur lequel j’aime bien monter, et d’où la vue est presque aussi belle que Jean Rochefort. Si.
DSC_8626
Vue plein Est, avec tout à droite un bout de Seichamps qui se cache, et c’est pas plus mal.

La butte Sainte-Geneviève

Bon dieu, va pas te tromper. Y’a Sainte-Geneviève, là-haut, le village de ce nom, qui observe de sa hauteur l’A31 qui carbure à son pied. Un peu avant Blénod-lès-Pont-à-Mousson dont l’accent fort grave annonce l’avant. Je te parle pas de ça.

Non, je te parle de cette butte qui fait col avec le plateau de Malzéville au-dessus de Nancy. Moi là aujourd’hui en revenant de la Moselle qui tache j’avais le temps alors j’ai été y faire comme qui dirait un tour. Bien entendu, on est tout près de la ville, alors on y trouve quelques cadavres de boutanches et de hipsters. Mais ça reste valable. On tourne doucement autour de la butte ancien terrain militaire, criblée de tranchées d’exercice, site envisagé un moment dans les années 1870 pour y bâtir un fort, site mis en défense en août et septembre 1914 par le XXe Corps au cas où, on tourne, et on voit défiler les banlieues est de Nancy, Seichamps, Essey, Pulnoy et leurs enfers pavillonnaires. On tourne encore un peu et voici venir le Pain de Sucre, petite butte qui ressemble autant à sa butte éponyme de Rio que moi à Johnny Depp, et ce, même les jours d’éruption nordique qui fait qu’on n’y voit pas clair. C’est dire. En définitive, voici, avant des vues de la sortie est de Nancy, particulièrement laide, quelques vues des chemins et sentes de la butte Sainte-Geneviève.