Grüber à Bouxières-aux-Chênes

Comme c’est dimanche et que je suis discipliné en diable, on va encore causer église. Tu te souviens avant-hier, on évoquait celle de Bouxières-aux-Chênes. Et on disait, avec l’air de pas y toucher, que Grüber y avait réalisé les vitraux. Eh bien, mon ami, fais-toi plaisir, parce que pour ma part, je suis resté assez admiratif devant iceux. Petite sélection, avec le premier qui est directement lié aux événements de 1914 et à la bataille du Grand Couronné qui chatouilla le village à l’artillerie lourde. Plus bas, on remarquera une sainte Blandine livrée aux lions. Les lions de Grüber ont une classe juste un peu magique. Sois attentif.

Ils sont pas chouettes les vitraux de Bouxières-aux-Chênes? Hein? T’as vu l’affaire?

(merci encore à Marie-Reine et Philippe)

L’église de Bouxières-aux-Chênes

Un beau jour d’été, je me rendis sur les côtes au-dessus de la vallée du ruisseau des Etangs, non loin de mon futur « home », comme on disait quand ça faisait bien de boire de la Grande Maxéville avec un chapeau. A l’invitation d’un lecteur (je dis ça, pour si ça donne des idées) je venais jeter le coup d’œil à l’église de Bouxières-aux-Chênes, qui, c’est notoire, est d’une taille fort respectable pour un village, et en impose dans les chaumières. Une église reconstruite après une Première mondiale guerrière un peu brutale pour le village, qui si l’on en croit la légende, a vu le Kaiser Guillaume II observer la prise de Nancy depuis le balcon d’Amance, juste en face. Prise déçue, car Nancy ne tomba point, tiens. Pan, dans les dents le Guillaume. Alors l’église de Bouxières-aux-Chênes, avec toute cette activité explosive fusante et percutante aux alentours, elle en a pris une sévère bordée. On la reconstruisit donc, et pas n’importe comment, et pas avec n’importe qui, puisque l’invitation m’appâtait, au-delà de sa sympathie intrinsèque, avec des noms comme Grüber et Caillette. Rien que ça. Mais de tout ceci, on reparlera plus en détail. Car voici quelques extérieurs, pour commencer. D’avance, je remercie Philippe pour l’invitation et Marie-Reine pour l’accueil et la visite. Ce fut un bel après-midi et une découverte inattendue.