La vieille ferme de la Côte Rôtie à Malzéville -1-

Juste sous les pentes du plateau de Malzéville, qui ne se livre jamais complètement, il y avait deux fermes. Manifestement maraîchères, avec aussi de beaux vergers. Elles se trouvaient juste au-dessus de la route actuelle, alors inexistante, qui mène à la déchetterie. Cette route qui d’ailleurs traverse une ancienne parcelle de vergers. De ces deux grandes maisons, que reste-t-il? La première est devenue comme qui dirait étrange. Fondation, caves sont encore vaguement compréhensibles, il reste un mur en excellent état, mais un seul, et plus étrange, la cheminée en brique. Le lieu est facilement accessible, on le voit aisément depuis le chemin qui part à gauche de la déchetterie vers la Côte Rôtie. Il reste cette plate-forme fort mystérieuse, avec sa rambarde et sa cheminée. Et son mur. J’avais déjà parlé de la chose ici-même, à un moment où j’en savais moins. Note quand même que je n’en sais pas beaucoup plus non plus.

Entretemps est arrivé Géoportail et ses vues aériennes anciennes. Y’en a qui sont accros à FIFA 2014, d’autres à Candy Crush, certains à Pinterest. Moi, comme je suis quand même quelqu’un de très supérieur à la moyenne, comme je ne suis pas vulgaire, et vu que je dispose d’une intelligence élevée et que ma vanité est flamboyante d’élégance, je suis accro aux vues aériennes anciennes de Géoportail. Oui. Et ces vues m’ont appris des choses. Comme par exemple que, plus loin vers le nord, à proximité immédiate des premières maisons cossues pleines de piscines de la Côte Rôtie, il y avait une seconde ferme. Avec ses vergers itou, et, qui en doute, ses potagers. Acrévindieux d’merde, hurlai-je, oubliant mon élégante vanité, et me vautrant avec une passion coupable dans un vocabulaire à caractère populaire, putain d’sa mère de con d’bordel d’ton père l’enfoiré patriarcal d’ses morts, mais ha! continuai-je, entraîné par mon propre effort, avant de sautiller sur place. Il y avait une autre ferme. Les vues actuelles me présentant une forêt dense et impénétrable, j’espérais bien qu’il reste quelque chose dans les taillis pénibles ayant avalé les anciens vergers.

Capture plein écran 13052014 072722.bmp

Cette photo des années 60 est orientée en gros au sud. La ferme la plus au sud, en haut de la photo, donc, dans son rectangle noir, est celle dont il ne reste qu’une cheminée de brique, dont je soupçonne même qu’elle ne lui appartienne pas et qu’elle soit plus récente, vu son état. Ce qui est curieux, je te l’accorde, mais ça en a quand même l’air. Celle la plus au nord, en bas de la photo, est celle qui est aujourd’hui avalée par la forêt, et dont j’étais curieux de savoir s’il en restait des traces. En rouge, le chemin d’accès à travers les champs et les vergers. Rapprochons-nous un peu.

Capture plein écran 13052014 111938.bmp

Hein que ça avait l’air chouette, comme ça, sur les pentes du plateau? Les vergers et tout ça? Celle du bas, en particulier, avec son verger sur le pas de la porte… on voit aussi qu’il s’agissait de deux bâtisses conséquentes. Passons à une vue actuelle, qui nous fera comprendre pourquoi j’espérais trouver par la protection de la forêt quelques traces, mais aussi pourquoi je ne me faisais que peu d’illusions sur la question, surtout quand on voit ce qui reste de la maison en haut de la photo, disparue, hormis sa fameuse cheminée et son mur.

Capture plein écran 13052014 072821.bmpIl s’est passé deux trois trucs depuis, dont la route de déchetterie et la vigoureuse reprise de la forêt. Pourtant, le chemin d’accès est encore très lisible, et on devine tant bien que mal les limites de parcelles, ainsi que certaines lignes d’arbres fruitiers. En suivant la chronologie des photos aériennes, je suppose que les deux fermes ont été abandonnées entre 1976 et 1982. Le verger entre les deux fermes a été sûrement entretenu encore un moment, puisqu’il apparaît encore très clairement, même si de nombreux arbres sont manquants. On voit bien la trace de la maison du haut de la photo, celle à la cheminée, mais on constate que celle que je voulais trouver, en bas, est totalement noyée dans la végétation. Pour le plaisir, rapprochons-nous encore, dans les années soixante, de cette dernière, qui m’intriguait tant.

Capture plein écran 13052014 112005.bmpAh, bon sang, qu’est-ce que ça fait envie! On voit bien l’habitation principale. On voit juste juste à côté une sorte de grange rectangulaire, en face, une mare, et plus bas encore un petit bâtiment carré. Alors avec mon compère Sylvain, sous la pluie et dans l’herbe haute trempée, nous menâmes l’enquête courageuse, on n’en doutera point, sul’ terrain. Et quoi y’a sul’ terrain? D’abord plein de jolis murs en pierre sèche qui soutiennent les vastes terrasses des vergers, en particulier celui qui existe toujours un peu aujourd’hui entre les deux maisons. Bien entendu, nous tombons vite sur la maison à la cheminée, sa plate-forme restante (j’en remettrai quelques photos ces jours-ci), sa cave effondrée, et son espèce de petite cave annexe dont la destination reste énigmatique, son portail et deux trois traces très légères. On continue donc, en direction de la seconde ferme de mes fantasmes.

Et là, tu sais quoi? Eh bien tout est là. Tout. La maison, la sorte de grange rectangulaire, la mare, le bâtiment carré qui est d’ailleurs une baraque avec des clapiers d’un côté, et, on imagine, un poulailler de l’autre, bien que ce ne soit pas certain. Aussi une petite émotion devant cette ruine avancée, d’abord parce que ça faisait un moment que m’interrogeais derrière mon écran, et qu’enfin, elle se dressait devant moi, ensuite parce que, sur la photo ci-dessus, ça avait l’air si beau. Une émotion sans jugement, soyons d’accord. Juste la superposition dans mon cerveau entre cette photo des années soixante et ce que j’avais aujourd’hui sous les yeux, la douce rengaine de l’abandon, dans cette forêt brouillonne et humide, l’imagination qui remet des gens, des murs, un toit, des fleurs dans le bac à fleurs, et les chiens qui aboient devant la maison quand arrive quelqu’un. Le petit pincement qui s’ensuit, et le sentiment étrange d’entrer au cœur de vies passées, de pénétrer une intimité qui n’existe plus ailleurs que dans ma tête. Mais que le lieu s’ingénie à me renvoyer tout de même, comme ces vieilles étoiles déjà mortes qu’on regarde la nuit avec un demi sourire songeur.

Tu veux du moral? Alors très vite fait, ces deux fermes nous rappellent à quel point les coteaux de Malzéville ont une vocation de vergers, de vigne et de maraîchage. Et quand je dis ça, suivez mon regard, entre deux ronds-points, par exemple.

Allez, je te fous la paix avec ma parlotte, et je te montre ce qui reste de cette jolie maison perdue dans la forêt gourmande. Avec la suite demain (clapiers, mare et autres choses rouillées…).

(tout de même, si quelqu’un de Malzéville passe par là et a des choses à me raconter sur une de ces deux fermes, je suis preneur!)

_DSC7300 _DSC7304 _DSC7307 _DSC7368 _DSC7387

_DSC7360

_DSC7351

_DSC7346

_DSC7317

_DSC7318

_DSC7314

_DSC7312

_DSC7310

_DSC7342

_DSC7340

_DSC7341

_DSC7330

_DSC7326

_DSC7320

_DSC7319

Un soir au nord de Nancy

J’ai crevé un pneu en allant faire ces photos. Alors t’as intérêt à les apprécier. C’est du plateau de Malzéville, puis depuis le pont de la petite route de Pixerécourt à Malzéville jusqu’à Lay-Saint-Christophe via la Côte Rôtie. Voilà. Comme ça en plus t’auras eu ton quota de noms locaux du nord de Nancy. Du Nord-Est, pour être précis.