Le bonjour de Lerebourg

A Liverdun, on fabriquait quand même une quantité étonnante de produits à base de fruits, qui inondaient la France. Lerebourg, Materne… des confitures, des fruits en bocaux… l’usine est fermée depuis plus de quinze ans, et elle est toujours là. Le paquebot qui avait cap sur la Moselle a perdu de sa superbe, mais superbe, il l’est, sans aucun doute. C’est sûrement l’endroit abandonné que je connais dans lequel je me sens le mieux. J’aime Lerebourg, j’aime son histoire, son site, dans la belle boucle de la Moselle, j’aime son architecture, ses volumes, les peintures de Guingot, les gouttes de pluie qui tintent à tout propos, les trains qui frôlent et grondent dehors, j’aime Lerebourg à Liverdun, et puis c’est comme ça et pas autrement. Pour une fois, quelques photos de dehors, sur la terrasse du château Corbin.

DSC_8027 DSC_8028 DSC_8029 DSC_8032 DSC_8033

Dehors, Lerebourg

Elle est toujours là, la jolie cathédrale en béton de Liverdun. Quelques temps que je n’avais pas été lui rendre visite, mais elle est toujours là. Je suis un peu rassuré. J’y étais avec un gars silencieux, posé et lent, qui découvrait les lieux, et ce sont des qualités indéniables quand on veut découvrir. Moi, c’était tout ce qu’il me fallait, ça me laissait le temps de me poster de longues minutes dans les coins que j’aime bien de cette cathédrale qu’est la confiturerie abandonnée, de ne plus bouger, d’écouter d’entendre, de savourer. Oui, c’est bien un des lieux perdus de la région dans lesquels je me sens le mieux, chez moi, d’une certaine manière. J’ai vu qu’on y avait fait quelques petites choses, comme par exemple ménager des allées propres de tous débris des verrières à certains endroits, et quelques marquages au sol témoignant d’une activité institutionnelle.

J’ai un peu peur, du coup, qu’on ne lui fasse du mal, à la jolie cathédrale.

En attendant, quelques vues du dehors.

_DSC3734 _DSC3917 _DSC3938 _DSC3946 _DSC3948

 

Le tunnel du canal à Liverdun

A Liverdun, y’avait le canal. Il longeait la Moselle depuis Frouard, la traversait sur un pont-canal (genre de construction à la con que j’aime beaucoup) et filait sous la ville haute dans un tunnel.

A un moment, on a benné des gros barrages sur la Moselle, et on a fait les gros bourrins en te canalisant tout ça, mon gars, rives et fonds profilés, profondeur standard, j’suis l’être humain, j’fais c’que j’veux, c’est moi l’chef.

Du coup le canal a été remblayé, et le tunnel fermé. Quand on va à la grille, on se rend compte que le tunnel n’est pas remblayé. Première nouvelle dis-donc. Et que du coup, ça a son petit quelque chose de fascinant.

_DSC3959 _DSC3953

Lerebourg: du dehors et des fresques de Guingot qui disparaissent dans l’indifférence générale…

La confiturerie/conserverie Lerebourg/Materne de Liverdun a des extérieurs un peu fouillis, un peu sauvages. Et aussi, comme on le voit sur la dernière photo, des restes de fresques de Louis Guingot, artiste méconnu de l’École de Nancy. Malheureusement, de mois en mois leur disparition s’accélère, et il n’en restera bientôt rien, des peintures de ce Vosgien original, mort en 1948 à Lay-Saint-Christophe.

_DSC4266 _DSC4268 _DSC4269 _DSC4271