Amance: mairie et église

Amance, c’est un village costaud. Tu sais, moi je suis du genre idiot, avec des complexes de classe et tout ça. Tu lis pas le Capital aux chiottes pendant des années en boucle histoire d’y comprendre quelque chose sans que ça laisse des traces (y compris dans les chiottes). Amance, pour moi, c’est comme Lay-Saint-Christophe ou Eulmont. C’est des villages de riches, quel que soit leur bord. Dans ma tête, mon a priori, c’est ça. Des riches. Ah. Des riches. Ah. Complexe de classe. Des riches citadins qui se payent la cambrousse. Ah. Encore pire. Et à la fois, Amance, c’est un village comme ça, qui se soucie guère de mes névroses socio-politiques, complètement perché, tout là-haut, que t’y vois les Vosges, Metz ou la Colline de Sion selon comment tu te tournes. Alors tu résistes pas. Tu peux pas. C’est beau et c’est tout. Marx aussi parfois il devait trouver que c’était beau, bourgeois ou pas Si Marx avait été à Amance, il aurait déclaré: « le village d’Amance, par sa situation exceptionnelle et son panorama parfait, par ses maisons jolies même si sur le haut ils se sont cru à Saint-Cyprien et que ça craint, le village d’Amance ne peut être observé au prisme de la lutte des classes. Il transcende, la vérité, tête eud’ma mère ».

Tu vois, tu peux aller te promener à Amance le cœur léger. Et ça tombe bien, on va se faire une série dessus. Pis comme je vais bientôt vivre pas loin tout ça, autant que je m’habitue. Allez, on commence avec l’église et la mairie.