Nancy, 2002-2004

Au programme, un orage avec arc-en-ciel rue Charles de Foucauld (et au fond à gauche les immeubles du quartier Jéricho-Saint-Michel côté Saint-Max qui sont encore en place), la construction de la passerelle piétonne doublant le pont de la Concorde qui franchit la Meurthe au niveau de la Méchelle pour relier Tomblaine et Nancy, et les rives de la Meurthe au niveau de la Méchelle juste après le bazardage des très chouettes jardins ouvriers pour faire une grande pelouse idiote, humide et inutile (notons au fond le stade Marcel Picot nouvelle version qui n’est pas encore terminé). Voilà voilà.

Nancy 2000

Au début des années 2000, vers la Meurthe, vers le canal, il restait des tas de vieux machins du Nancy d’encore avant. On n’en voit plus des masses de choses et le passé industrieux d’une bonne partie de ce coin a été complètement effacé sous des constructions récentes. Critiquable? Peut-être. D’un autre côté, il faut bien avancer, les temps changent, les temps ont toujours changé, et changeront toujours. Et puis c’était un peu moche et très pollué. C’est peut-être que j’aurais juste aimé que, rien que dans le nom des rues et des lieux, ce passé ne soit pas effacé, voire nié. C’est peut-être ça. J’ai vécu mon adolescence pas loin de ces vieux machins abandonnés et obsolètes, et peut-être que les nouveaux quartiers un peu prétentieux qui ont écrasé tout ça sont trop arrogants pour moi. Peut-être que j’ai de la peine pour toutes ces vieilles carcasses dont on a arraché même le souvenir. Peut-être aussi que c’est comme ça, et que c’est tout. Peut-être, enfin, que ça me rend triste et un peu toujours en colère parce que j’aime bien les choses pas très raisonnables. Deux photos retrouvées datant du début des années 2000, quand j’ai commencé à fureter les recoins de ma ville…Triste canal

Vierge lobotomisée