Dans le bois de Pierre-la-Treiche-sur-Chaudeney-sur-Moselle

Ayant déjà fait état ici du folklore cadastral qui anime les conflits entre Pierre-la-Treiche et Chaudeney-sur-Moselle, dans le joli Toulois d’en haut, sur à qui qu’il est le bois, qui d’ailleurs est une forêt, je ne m’explique point sur ce titre étrange, et vous délivre quelques images forestières, avec deux papillons, dont les photos sont assez mal foutues (comme par exemple faire le point sur l’herbe plutôt que sur la bête…), parce que je n’ai pas l’habitude de prendre ça, des papillons, et que je les considère à travers l’objectif comme s’ils étaient un haut-fourneau ou une longue rue de centre-ville pleine de perspectives incroyables. Et du coup, bon. Disons que c’est un essai. On en verra de bien plus beaux chez Mamléa.

_DSC4131 _DSC4152 _DSC4153 _DSC4168

Surgir sur le plateau de Chaudeney

Faut se mettre à ma place. Pas tout le temps, hein, sinon tu serais obligé toi aussi de déféquer avec une perfection quasi-divine, et tu risquerais de te faire mal. Non, faut se mettre à ma place juste quand j’émerge de la forêt (litigieuse) de Pierre-la-Treiche-mais-à-Chaudeney-mais-ça-dépend. Là, je me retrouve sur un plateau, qui descend en pente douce vers la vallée de la Moselle côté Toul. Certes, certains champs sont délimités au cordeau et pas la moitié d’un brin de quoi que ce soit ne pousse sur leurs lisières: tout ceci sent bon la chimie. Mais quand même, on ne m’ôtera pas de l’idée que ce que l’on voit alors est fort agréable, en sortant de la forêt de Chaudeney-la-Treiche, ou Pierre-sur-Moselle, va savoir…

_DSC4154 _DSC4157 _DSC4158 _DSC4159 _DSC4170 _DSC4172

Écrouves, vue du plateau

Comme c’est le matin et que malgré la lumière médiocre t’as besoin d’un prétexte trop bien pour faire des photos, tu dis quelque chose comme « ah oui, mais la lumière comme ça, en noir et blanc, tout ça tout ça, j’aime, démarche assumée, délire de l’artiste, quoi ». Alors que t’as juste pris des photos avec une lumière médiocre, mais que t’avais envie, même si tu l’assumes pas. Et après c’est le soir, t’as crapahuté toute la journée, t’es crevé, tu t’en fous de tout, et du coup tu prends les mêmes en couleur en plus sans la moitié d’un complexe avec une lumière pas beaucoup plus intéressante. Voici donc Écrouves et sa région (soit Toul…) et son bucolique centre de détention depuis les lèvres du plateau éponyme.

DSC_7724

DSC_7726

DSC_7727

DSC_7728

DSC_7730

DSC_7851