Il suffit de passer le col…

… pour finir les pieds dans l’eau, cette ancienne manufacture d’impression ayant quelques problèmes de toiture. Mais la friche industrielle sous la pluie, c’est toujours le mieux du mieux comme dit Émile. C’est un peu comme si l’usine continuait à transpirer toute la sueur versée ici. C’est aussi un concert de sons aquatiques divers et variés, c’est l’eau qui goutte ici, qui dévale là, qui stagne enfin autre part. C’est la friche sous la pluie (et même qu’à la fin il refait beau).

Des cuves et une cheminée

Comme je suis le mec le plus honnête du monde, je t’avoue que ces photos ont été prises en Alsace. Qu’est-ce que je dois te dire d’autre… ah oui qu’elles sont pas neuves, que j’ai pas la moindre idée de l’état actuel du machin et c’est déjà pas mal. Qu’il pleuvait sa race, que c’était assez oppressant comme endroit, que c’était pas fastoche de rentrer (à mon niveau d’audace hein… pour moi enjamber deux parpaings c’est déjà la grande aventure) et que c’était pas du tout prévu, genre arrêt inopiné sur la route en croisant le machin. Et que bon, si t’aimes pas les cuves et les cheminées, je suis désolé pour toi.

Le bonjour de Lerebourg

A Liverdun, on fabriquait quand même une quantité étonnante de produits à base de fruits, qui inondaient la France. Lerebourg, Materne… des confitures, des fruits en bocaux… l’usine est fermée depuis plus de quinze ans, et elle est toujours là. Le paquebot qui avait cap sur la Moselle a perdu de sa superbe, mais superbe, il l’est, sans aucun doute. C’est sûrement l’endroit abandonné que je connais dans lequel je me sens le mieux. J’aime Lerebourg, j’aime son histoire, son site, dans la belle boucle de la Moselle, j’aime son architecture, ses volumes, les peintures de Guingot, les gouttes de pluie qui tintent à tout propos, les trains qui frôlent et grondent dehors, j’aime Lerebourg à Liverdun, et puis c’est comme ça et pas autrement. Pour une fois, quelques photos de dehors, sur la terrasse du château Corbin.

DSC_8027 DSC_8028 DSC_8029 DSC_8032 DSC_8033

Dehors, Lerebourg

Elle est toujours là, la jolie cathédrale en béton de Liverdun. Quelques temps que je n’avais pas été lui rendre visite, mais elle est toujours là. Je suis un peu rassuré. J’y étais avec un gars silencieux, posé et lent, qui découvrait les lieux, et ce sont des qualités indéniables quand on veut découvrir. Moi, c’était tout ce qu’il me fallait, ça me laissait le temps de me poster de longues minutes dans les coins que j’aime bien de cette cathédrale qu’est la confiturerie abandonnée, de ne plus bouger, d’écouter d’entendre, de savourer. Oui, c’est bien un des lieux perdus de la région dans lesquels je me sens le mieux, chez moi, d’une certaine manière. J’ai vu qu’on y avait fait quelques petites choses, comme par exemple ménager des allées propres de tous débris des verrières à certains endroits, et quelques marquages au sol témoignant d’une activité institutionnelle.

J’ai un peu peur, du coup, qu’on ne lui fasse du mal, à la jolie cathédrale.

En attendant, quelques vues du dehors.

_DSC3734 _DSC3917 _DSC3938 _DSC3946 _DSC3948

 

La prairie entre Laneuveville-Devant-Nancy et Bosserville

C’est une prairie très agréable. Très inondable aussi. Elle se trouve juste de l’autre côté de la Meurthe en bordure de Laneuveville. On peut traverser la Meurthe sur une passerelle pour y accéder, un chemin se charge ensuite de prendre tes pieds en main pour te mener là-bas, de l’autre côté du grand lit de rivière, à Bosserville. Bosserville, c’est une ancienne abbaye et son hameau, aujourd’hui lycée professionnel. C’est sur la commune d’Art-sur-Meurthe, et c’est bien joli. Ce que j’aime dans cette prairie, c’est qu’elle est pleine d’oiseaux, et qu’au fond, on voit les hauteurs de Nancy, frappées à vif par un soleil d’hiver plutôt chouette; mais la ville est proche sans l’être. On voit ses détails, mais sans la surplomber. Comme un décor de jeu, une maquette incroyablement précise qu’on regarderait en collant son œil au bord du meuble sur lequel elle repose. La prairie, sur les cartes, s’appelle « Le Grand Pré ».

J’aime bien traîner un peu là quand je suis dans le coin et que j’ai un peu de temps devant moi, en gardant un œil sur la soudière Novacarb de La Madeleine qui elle aussi vient souvent raouer pas bien loin. Une grande série pour vous raconter tout ça.

_DSC0923

_DSC0927

_DSC0936

_DSC0937

_DSC0939

_DSC0941

_DSC0942

_DSC0944

_DSC0947

_DSC0948

_DSC0952

_DSC0953

_DSC0955

_DSC0957